<< Retour vers accueil >> Patrimoine, inventaire Châteaux de terre >> Eglise et chapelles

        

Sur cette page

Les seigneurs féodaux

Les châteaux de terre

    
    
    

    

Les châteaux de terre

            

Références  

"Patrimoines et histoire du pays de Plestin" de J. Boutouiller (Centre culturel de Plestin - 2002).

     
     

              

 

   

   

   

 Les seigneurs féodaux 

  

Il y a plus de 1000 ans, à Lokmikaël-an-Traez, Plufur, Plougras, Tonquédec, Ploégat-Gallon, Plouigneau, Ploumaëc... les colons ou domaniers, tous paysans "taillables et corvéables" ont vécu de durs travaux obligatoires. 

   

Lourds et pénibles charrois de terre, de pierre, de bois... Longues journées de corvées pour élever les énormes mottes de terre à plus de quinze toises et quatre pieds(plus de trente mètres de haut), dresser des palissades, creuser et alimenter les fossés en eau... Un programme de travail impressionnant ordonné par les seigneurs et maîtres qui s'engagent en contrepartie à "protéger" les paysans. Les bans, i.e. convocations et commandements, ne se discutent pas. 

  

Même simple chevalier, le seigneur a souvent droit de haute et basse cour sur ses sujets, droit de vie et de mort sur ses paysans. Cependant, nul seigneur ne peut vivre sans ses paysans-domaniers qui travaillent les terres.

   

C'est avec des regards croisés, ceux des seigneurs et de ses gens d'armes et ceux des paysans et paysannes, qu'il faut sans doute partir à la découvertes des châteaux de terre.

   

   

 

   

  Retour vers haut de page

  

     

 

  

    

 Les châteaux de terre 

   

Les châteaux de terre dominaient de leurs fières silhouettes tous les passages obligés et lieux stratégiques : routes, estuaires, ponts, gués, rivières....

  

Ils ne sont plus nombreux aujourd'hui, pas faciles à découvrir sous les arbres, les buissons et les ronces.

  

   

 

   

 

       

   

 
 

   

    

 
 

H- Hauteur de la motte et des talus, D- Diamètre de la motte ou du tertre, O- Ouverture des fossés ou douves, L- Largeur des talus, P- Profondeur des fossés

   

Coupe schématique d'une motte classique et ses mesures

D'après B.Hope-Taylor dans "Les mottes médiévales des Côtes d'Armor" de S. Hingant

     

 

   

 

   

Même s'ils ont disparu, il reste des preuves de leur existence en l'occurence les cadastres municipaux établis du temps de Napoléon Ier via où ils figurent avec précision.

   

Les principaux toponymes en Trégor sont :

- Hastel ou Castel, Castellic,

- Les ou Lez du vieux breton Lis et LLys en gallois qui signifie la cour dans le sens d'une résidence de seigneur comme à Plestin Leslac'h, Lezormel... ,

- Coat comme dans Coat Carric... ,

- Sal, la "salle" du seigneur, maison du Haut Moyen-Age (Coat-ar-Sal),

- Quinquis ou Plessis, résidence défendue par des haies de branchages,

- d'autres indicateurs comme Rest, Haye, Ferté ou encore Bot.

   

   

 

       

 

   

   

Le château du Kerdu (Saint-Michel-en-Grève)

   

Dominant la vallée du Kerdu, Castel Féléhan (ou Moulin du Château) en Saint-Michel-en-Grève est la motte la plus visible aujourd'hui dans le paysage médiéval du Trégor.

    

Il s'agit d'une motte (ou enceinte fortifiée) surélevée associée à une basse cour sur le rebord du plateau tombant à pic sur le Kerdu. Un emplacement idéal renforcé par de puissants talus. 

  

La plate-forme montre deux ellipses légèrement creusées, traces probables d'anciens bâtiments. les remparts qui cernent l'ensemble sont de terre et de cailloux mêlés. Le baile en "croissant de lune" occupe toute la moitié ouest de l'ensemble fortifié. 

   

Il s'agit d'un habitat de chevalier à fonction militaire, le chevalier contrôlant ainsi les terres de son fief.  

  

   

 

      

 

    

   

Guern ar Hastel et Kéroué à Plufur

   

Guern ar Hastel est une motte au milieu d'un marécage à la confluence de deux ruisseaux dont l'un sert de fossé naturel au nord du tertre qui avait six mètres cinquante de haut et présentait une plate-forme de dix-sept mètres sur quatorze mètres. 

Au Sud, un fossé de quatre mètres cinquante de largeur alimenté en eau par le marécage (1933). 

   

Kerroué est une motte arrondie sur une butte naturelle dominant la vallée du Yar, les chemins creux voisins pouvant être des fossés.

     

   

 

   

 

   

   

Le château de Beffou (Plougras)

   

Ce château illustre bien les constructions de ce type.

La motte, édifiée sur un piton rocheux au Sud de l'étang actuel de Beffou, est particulièrement volumineuse : soixante-dix à cinquante mètres de longueur, cinquante mètres de largeur, dix mètres de hauteur, ouverture de fossé de dix mètres.

  

la plate-forme très étendue a gardé de multiples vestiges de constructions en pierre.

   

Son caractère militaire est évident.

   

   

 

  

 

  

   

Castels et fertés du trégor finistérien

    

A Guerlesquin, la motte de Castel Charruel au sommet d'une colline dominant la vallée du Squiriou.

   

A Guimaëc, vestiges de maison forte à Tréléver sur un mamelon rocheux très escarpé contrôlant la vallée et l'estuaire du Douron.

   

La motte et la basse cour de Témedern seraient une ancienne châtellerie et un "fief de bannière" de seigneurs ayant participé aux croisades. L'ouragan de 1987 l'a enfouie sous les arbres.

   

A Lanmeur, l'enceinte rectangulaire de La Boissière est partiellement conservée. C'est le Castel-Veuzit ancien dont le toponyme Beuzit (le buis) indique, en plus de nombreuses tuiles gallo-romaines, un site antique réoccupé au Moyen-Age.

   

A Plouégat-Guerrand, les mottes de Coat-Coazer et de Kerhallon.

   

A Plouigneau, sept mottes sont dénombrées. 

Castel-Dinan se trouve sur une colline boisée dominant le Douron, il s'agit d'une enceinte circulaire, vaste camp retranché où on accède par un pont de terre de douze mètres contenant un château de pierre en ruine.   

Coat-ar-ferté a conservé sa motte et sa basse cour (tertre de plus de quarante de mètres, des fossés larges et profonds de dix mètres). 

Coat-So est composé de plusieurs enceintes de terre peu visibles. Kermorvan a conservé son enceinte ovale qui pourrait être une enceinte de défrichement. 

Kerviniou présente sa plate-forme de maison forte. 

Les enceintes de Lescoat et Quillidien ont été arasées.

        

   

 

      

  Retour vers haut de page

      

<< Retour vers accueil >> Patrimoine, inventaire Châteaux de terre >> Eglise et chapelles

       

_______________________________

    

* * *