<< Retour vers accueil

>> Cap Armor

Cinéma LeDouron

>> Enfance, jeunesse

  

  

   

Cinéma Le Douron

    

 

Sur cette page

Présentation générale

  Programme de la semaine

Connaissance du monde

2007

Dañs Treger 2007

Le cheval breton

2006

Connaissance du monde

Cycle Agnès Varda

Séance offerte aux écoles

Théâtre d'ombres

Projection de "Samo"

Dañs Treger 2006

Festival film court 2006

La Palestine

Week-end film musical

Blés anciens et enjeux

2005

Festival Dans Treger

Court-métrage "Le Baiser"

Court-métrage SEJ(*)

Festival films chinois

Cinéma en italien

(*) Service Enfance-Jeunesse

   

Références

Affichettes orange. Presse locale.

Site www.cine-ledouron.fr.st

 

        

   

Présentation générale

    

   

    

   

Le Douron

  

Salle classée Art & essai

  

Association Culturelle Cinématographique

   

   

           

Propriété de l'association, le cinéma est animé par des bénévoles.

  

Equipé pour malentendants

Accès handicapés

Son Dolby Digital Surround-Ex

 

La Salle de cinéma Le Douron est située au centre du bourg, près de l'église et de la Poste (la Poste est située à gauche de la photo ci-dessous).

     

   

La salle a été créée dans les années 1950 par le chanoine Le Goff de Plestin-les-Grèves, sous le nom "Le Foyer".  Comme de  nombreux cinémas associatifs, le cinéma  est issu d'un patronage confessionnel. 

Il change de nom en devenant "Le Douron" en 1989. 

L'Association culturelle cinématographique a été créée en 1999.    

  

La salle de cinéma dispose de 214 places.  

Elle accueille plus de 20 000 spectateurs par an.  L'Association culturelle cinématographique qui gère le cinéma compte une cinquantaine de cotisants. Une quarantaine de bénévoles assurent la projection des films, la vente et le contrôle des billets et la confiserie. Un projectionniste salarié opère depuis le 1er octobre 2005.  Le cinéma dispose d'un projecteur numérique de haute qualité. Plus encore, il est doté d'un équipement permettant de télécharger les fichiers relatifs à certains films.

   

Le cinéma s'adresse à tous tous les publics. Hors saison, les vendredi, samedi, dimanche et lundi, une séance par jour "grand public".  En juillet et en Août, un film par jour est projeté, 2 films le mercredi et le jeudi dont un pour les enfants. Pendant les vacances scolaires, une séance a lieu tous les jours. Les élèves des maternelles, primaires et du secondaire viennent une fois par trimestre. Des projections spécifiques en anglais, en breton ou sur la Bretagne ont lieu.  Egalement, des projections de films Art et essai sont programmées. 

  

Le cinéma accueille environ 20 000 spectateurs chaque année.    

La construction d'une 2ème salle d'une centaine de places est projetée. Cela permettrait d'offrir au public 2 choix de films sur la même tranche horaire. 

  

  

  

        

 A.C.C Place de Launceston

22310 Plestin-les-Grèves

Tél/Fax : 02 96 35 61 41

    

acc@cine-ledouron.fr.st

www.cine-ledouron.fr.st

         

 

    

Retour vers haut de page

   

   

     

 

    

   

A l'Affiche

    

  

      

      

       

   

Le portail

http://www.cinema-ledouron.fr

    
Le programme

http://www.cinema-ledouron.fr/programme/

    
Le programme au format PDF

http://www.cinema-ledouron.fr/flyer/recvec.pdf
       

             

   

   

Achat possible des billets sur http://www.cinefacile.com 

   

Le cinéma dispose désormais d'un dispositif de projection numérique haute qualité.

    

         

    

 

    

Retour vers haut de page

  

   

 

     

Connaissance du monde

   

    A l'écran, un film - Sur scène, l'auteur

   

  

   

Connaissance du monde

  

Saison 2008-2009

   

      

Date Programme

Lundi 13 Octobre 2008 à 14h30

Malte - Sicile - Sardaigne

Histoire d'îles

par Franck COURTADE

Lundi 24 Novembre 2008 à 14h30

Mauritanie 

entre désert et océan

par Claude PAVARD

Lundi 15 Décembre 2008 à 14h30

La Russie

autrement.....

par Michel DRACHOUSSOFF

Lundi 19 Janvier  2009 à 14h30

Sri Lanka, Maldives

des derniers éléphants au grand bleu

Par Gérard CIVET

Lundi 9 Mars  2009 à 14h30

L'Afrique de ma vie

35 ans de safari

par Freddy BOLLER

Lundi 23 Mars  2009 à 14h30

Cambodge

les clés d'un royaume

par Emmanuel BRAQUET

       A l'écran, un film

    Sur scène, l'auteur

 

    

Retour vers haut de page

    

   

  

 

 

     

   

Guerre d'Algérie

   

   

   

   L  

Le dimanche 10 février 2008

   

   

      

La projection du film "ENNEMI INTIME" a lieu à 14h30.

  

La conférence de Jean Kersco "Des faces cachées de l'Algérie vues par un français a lieu de 16h30 à 17h15.

Le livre "Quand le merle sifflera" est présenté (intégration d'un officier SAS en Kabilie).

   

Près de 180 personnes ont assisté à la séance puis à la conférence. Parmi elles, des anciens combattants d'Algérie effectuant à cette occasion un retour sur des évènements particulièrement douloureux.

Le film projeté, dont le scénario est fondé sur des témoignages, reconstitue de façon très réaliste le contexte d'une guerre marquée par une escalade de la violence.

                       

  

            

 

    

Retour vers haut de page

    

   

 

     

   

Cheval Breton

   

   

   

   L  

Le vendredi 23 Novembre 2007

   

   

      

Un documentaire sur le cheval de trait breton est projeté à 18h30 au Cinéma Le Douron. 

Il s'agit du film "Traits de Bretagne" du réalisateur Aleksandar Dzerdz.

   

Le cheval breton reste encore présent ici et là dans notre région.

Le film, qui rassemble des images d'archives et des prises de vues récentes, démontre que les chevaux sont de bons révélateurs de l'histoire de la région.

Nombreux dans la première moitié du siècle, leur nombre a sérieusement diminué au fur et à mesure de la mécanisation de l'agriculture sans toutefois disparaître complètement.

L'héritage est bien réel, mais qu'en feront les futures générations ? Le cheval breton regagnera-t-il quelque intérêt dans les campagnes alors que le règne du pétrole est sur le déclin ?

   

Un débat aura lieu après la projection du film qui dure 52 minutes.

                   

  

            

 

    

Retour vers haut de page

    

   

   

 

     

   

Cycle Agnès Varda

   

   

   

   L  

Le vendredi 9 février 2006

   

   

      

L'association "Le champ des toiles" fait la promotion d'actions cinématographiques en milieu rural. Elle s'intéresse aux réalisations qui comptent dans l'histoire du cinéma.

Le cycle à venir au cinéma Le Douron concerne l'oeuvre d'Agnès Varda.

3 projections sont prévues.

La 1ère est consacrée au film "Le Bonheur", tourné durant l'été 1964. En tête d'affiche : Jean Claude Drouot.

Le film a reçu l'Ours d'argent au festival de Berlin en 1965.

A la fin de la projection interviendra l'universitaire Roxane Hameury responsable d'un colloque international sur l'oeuvre d'Agnès Varda.

         

     

  

            

 

    

Retour vers haut de page

    

   

 

     

   

Séance des écoles

   

   

   

   L  

Le Jeudi 21 décembre 2006

   

   

   

Une séance organisée par l'Office culturel

   

L'Office culturel municipal conviait les élèves des écoles : maternelle et  primaires, publiques et privée, à une séance de cinéma  au cours de laquelle un film à vocation ludique et pédagogique a été projeté : "Mon voisin Totoro", pour le plus grand plaisir des enfants présents.

         

   

  

            

 

    

Retour vers haut de page

    

 

     

   

Théâtre d'ombres

   

   

   

   L  

Le 27 octobre 2006, à 15h00

   

   

Un spectacle conçu par la Compagnie Via Cane

   

Il s'agit d'un ensemble de techniques : théâtre d'ombres, projections, chants, musiques (accordéon, harpe, xylophone), judicieusement associées.

  

L'histoire est accessible à tous les publics :

"Dans un village extraordinaire, un chat et un ange invitent à remodeler l'univers. A chaque maison son histoire, ) chaque rue sa légende, à cahque bâtiment collectif son conte, le tout sur fond poétique."

"Zakopane tombé du ciel" . L'oeuvre s'inspire de villages traditionnels d'Europe centrale aujourd'hui menacée de disparition.

 

   

      

  

            

 

    

Retour vers haut de page

    

 

     

  

"SAMO" 

  

   

   

   L  

Le 21 octobre 2006

   

   

Alan L'estimé présentait son 2nd film "Samo"

   

Ecrit par l'acteur principal, Kevin Dudjasienski, le film est une oeuvre originale de 52 minutes.

 Samedi 21 au soir, le film était projeté sur invitation, avant sa présentation la semaine suivante au festival de Bruxelles;. 

  

Le "pitch" :

Un artiste déchu brûle ses toiles sur une plage, puis en commence une autre dans son atelier, entre alcool et manque d'inspiration.

Il rencontre Louise perdue dans cette société et qui trouve refuge dans la foi chrétienne. Leur rencontre sert de film conducteur...

  

Le film a été achevé il y a un an avec relativement peu de moyens : du matériel prêté par la section cinéma du lycée de Tréguier, la contribution de quelques acteurs professionnels (Marc de saint Laurent, Fabienne Rocaboy) tandis qu'un compositeur de musique contemporaine guingampais (Eric Voegelin et l'équipe de Taxila)  établissait le contenu sonore.

  

Alan L'estimé est auteur d'un précédent film "Transition", un film de 8 minutes.

      

      

  

            

 

    

Retour vers haut de page

    

 

     

  

Festival Dañs Treger 2007

  

    

   

   

Lundi 5 Novembre,

D’ar Lun 5 a viz du

  

    

CINEMA " Le Douron ", à 17h00

   

    

Trois courts-métrages

   

réalises par Thierry compain

   

Mathez      

   

   

Kan ar Piker mein

 

  

Lettre de l'an II d'un soldat de Cavan

   

     

Participation aux frais

 

   

      

  

   

Jeudi 8 Novembre

D’ar Gwener 8 a viz Du

        

   

CINEMA " Le Douron ", à 20h30

    

Cycle Bernez Quillien    

     

   

Kizeller ar Vuhez          

La tradition se perpétue depuis 1846 : chez les Gall, le fils aîné se prénomme Per et reprend à a suite de son père la direction de la fabrique de meubles... des meubles en bois, de vrais meubles qui vivront plus longtemps que les acheteurs.   

        

Ur Mor a Galon    

Edouard n'a que onze ans quand il embarque pour la première fois. Il prend sa retraite en 1978. Entre ces 2 dates, il a vu la mer engloutir 420 marins de Douarnenez, Tréboul et Poul David. 780 entre 1900 et l'an 2000. Son père et nombre de ses proches sont morts en mer.

   

Plant an devez ha kant, an ed du    

Planté fin mai, début juin on la récolte une centaine de jours plus tard, sans engrais, sans traitement. On la croyait arrivée en Bretagne vers 1532, mais elle était bien présente avant. Le sarrazin, le gwiniz-du, est notre bon vieux blé noir qui sert à faire des galettes, le far noir pour le kig-ha-farz....

   

An ti a zo d'an hini a zell outan

"La maison est à celui qui la regarde" dit le proverbe chinois,  ce qui nous incite à regarder autour de nous quand nous marchons dans nos villes et nos villages.

   

Bezhin connection

Pour cent kilomètres de côtes, c'est la Bretagne qui compte le plus important nombre d'espèces d'algues au monde : 640 espèces recensées.

   

 

Participation aux frais   

      

      

  

            

 

    

Retour vers haut de page

    

  

 

     

  

Festival Dañs Treger 2006

  

    

   

   

Lundi 6 Novembre,

D’ar Lun 6 a viz du

    

CINEMA " Le Douron ", à 18h00

   

   

Paganiz pêcheurs de goëmon

(durée 60 mn)

Réalisation : Soazig Daniellou

Distribution : Kalana Brest

   

Tiré du roman d'Yvonne Pagniez "pêcheurs de goëmons" ce documentaire décrit le destin d'un jeune goémonier : Jaïg. Jeunes et vieux s'amusent, travaillent, échangent en breton... 

      

   

   

Jean Pronest, goémonier

(durée 15 mn, sous-titré en français)

Réalisation : Soazig Daniellou

Présence de Soizig Daniellou

  

  Dans les années 1930 et jusqu'à la fin de la guerre, Jean a fait partie de ces travailleurs migrants qui passaient 6 mois de l'année dans l'archipel, d'avril à septembre, pour récolter les laminaires dans des conditions souvent difficiles.

   

    

Participation aux frais

 

   

      

  

   

Vendredi 10 Novembre

D’ar Gwener 10 a viz Du

        

CINEMA " Le Douron ", à 15h00

    

     

Le Breton en 6 mois au Manoir de Keranden à Landerneau

Réalisation : Ronan Irrien

Présence de Ronan Irrien

          

1er octobre 2003 au manoir de Keranden à Landerneau, premier jour de la formation longue de breton de Stumdi.

35 adultes se jettent des regards curieux, échangent des sourires. Le film suit 5 de ces stagiaires.

   

  

   

"Matezh, nous ne sommes pas des bécassines"

Réalisation : Thierry Compain

En Breton sous-titré en Français.

    

Considérées bien souvent comme des bouches de plus à nourrir par leurs parents, elles partaient dès l'âge de 13 ans. La réputation donnée à ces petites bonnes était alors celle de travailleuses dociles, ne rechignant pas à la tâche, mais aussi de provinciales niaises et bornées...

Cette vision tout à fait bourgeoise est bien celle de toute l'imagerie portée par Bécassine.

 

   

    

Participation aux frais

 

   

      

  

            

 

    

Retour vers haut de page

    

  

 

     

  

Festival Dañs Treger  2005 

  

   

   

   L  

Courts métrages tournés en Bretagne

   

 

   

 Dans le cadre du Festival Dañs Treger

deux projections les 7 et 11 novembre

   

  (En savoir plus sur Dañs Treger

    

   

Lundi 7 novembre à 15h00

   

Le Choix de Naïg

Durée 52 minutes

Film de Franck et Marie Laurence Delaunay

Dans les années 60, alors que le prêt-à-porter s'introduisait dans les campagnes, en Bretagne des femmes ont continué à porter le costume traditionnel. Naïg, Louise, Marie Claudine sont les dernières à vivre avec le costume porté par des générations de paysannes de Plougastel-Daoulas.

    

  

Le cadavre qui ne voulait pas qu'on l'enterre

Durée 15 minutes

Film de Jean Christophe Lebert

Bernard est un homme plein de bonnes volontés. Il a endormi et noyé son épouse bretonne, Maryvonne, par pure gentillesse. Elle ne se plaisait pas à Paris. C'est aussi pour elle qu'il est venu ici en Bretagne rendre sa dépouille à l'Océan, respectant ce qu'il pensait être son plus cher désir. Avec une meilleure connaissance des marées, cette affaire aurait pu être assez vite réglée mais comme chacun sait, sauf Bernard, on ne traîne pas en Bretagne à la nuit... Un pêcheur fait preuve de bonne volonté, mais surtout, comme un étrange Ankou s'invite, l'au delà risque fort d'être la destination finale de tous les protagonistes. 

  

   

Il n'y a pas d'histoires sans secrets

Durée 12 minutes

Court métrage tourné par un groupe d'adolescents de Plestin.

Une bande d'adolescents passe, en une douzaine de minutes, selon un scénario "quasi Hitchcockien", du cauchemar à une réalité dramatique peut être pire. 

Des adolescentes se retrouvent isolées dans une demeure à la campagne après le départ des parents de l'hôte. Après une soirée télévision, vient le moment d'aller dormir. Le son d'une boîte à musique déclenche une série d'évènements dramatiques, à moins que cela ne soit simplement que le cauchemar d'une des adolescentes ?  Qui sait ?  

 

   

   

 

Vendredi 11 novembre à 15h00

   

Domino... Ken na strako

Durée 15 minutes (breton, sous-titré)

Film de Soizig Danielou

Domino... une passion léonarde : Dans les communes rurales du Léon, le domino est plus qu'un jeu, c'est une passion. Autrefois jugé par l'Eglise moins diabolique que les jeux de cartes, le jeu de dominos a été délaissé après la guerre. On jouait en famille, entre voisins pour une mise symbolique. Aujourd'hui, son renouveau est un vrai phénomène social qui voit notamment la multiplication des concours. Certaines joueuses, des passionnées, y passent même la nuit. 

    

  

Louzaouenn an devezh ha kant

Durée 13 minutes (breton, sous-titré)

Film de Gérard Uginet et Bernez Quillien

La plante des cent jours. 

Plantée fin mai, on la récolte une centaine de jours plus tard, sans engrais ni traitement. Rien d'étonnant quand on sait qu'un grain de blé mis en terre donne 7 à 8 grains à manger, quand le sarrasin, notre bon vieux blé noir, en donne 20 ou 30. Cependant, la Bretagne n'est pas autosuffisante et en importe. La production bretonne est intégrée lors du passage à la minoterie. La farine produite sert à faire des crêpes, des galettes, du kig ha farz, de la bière, du whisky...

  

   

Medisin ar roch

Durée 13 minutes (breton, sous-titré)

Film de Soizig Danielou

Le médecin de la Roche-Derrien.

Portait d'un médecin de campagne dans une petite ville du Trégor. Le docteur Yves Droumaguet. 

Il reçoit dans son cabinet, se rend à domicile, se déplace à l'hôpital. Il est à l'écoute de ses patients. La langue bretonne est omniprésente dans ses relations avec les patients âgés. Au fil du temps, il a observé une évolution importante dans le comportement des malades.

  

     

Pesketaer Porh-Gwenn

Durée 13 minutes (breton, sous-titré)

Film de Roland Michou

Le pêcheur de Port-Blanc.

Bien souvent à l'aube, le port trégorrois de Port-Blanc résonne du tac-tac d'un bateau de travail, c'est Aimé qui s'éloigne dans son ciré jaune sur "Filou 2" canot avec lequel il va traquer le congre ou le homard à la mue bleutée. Il se souvient avec nostalgie de son premier bateau qu'il a su préserver du feu lors des mesures de diminution de la flotte de pêche (plan Mellick).

  

   

Toer c'houerd'had

Durée 13 minutes (breton, sous-titré)

En présence de Sébastien Le Guillou du Vieux-Marché

Le couvreur du Vieux-Marché de Sébastien Le Guillou et en sa présence.

Yves Le Guillou né en 1942 délaisse les études à l'adolescence pour apprendre le métier de couvreur. Aujourd'hui à la retraite, il nous raconte ses cinquante années de métier passées sur les toits de son pays. Un métier étonnant, fait de gestes et de précision, mais aussi de solidarité et d'amitié entre camarades de travail.

   

Sébastien Le Guillou est réalisateur. Il travaille notamment avec FR3 Bretagne. La région de Vieux-Marché a été son champ d'action préféré jusqu'ici. Sa connaissance de la langue bretonne lui assure un bon contact avec les personnages qu'il choisit de filmer : célibataires, artisans... Dans les films présentés, il applique le standard  TV de 13 minutes, sachant que le film se construit en un nombre limité de jours (du fait des contraintes de production). Il reconnaît que le sous-titrage n'est pas toujours satisfaisant dans la mesure où le breton est parfois difficile à traduire.  

   

  

            

 

    

Retour vers haut de page

    

       

 

     

   

Courts métrages 

   

   

   

   L  

Le 27 mai 2005, à 21h00

   

   

Salle comble au cinéma Le Douron à Plestin-les-Grèves, pour la projection en avant-première de "Le baiser" (4minutes20, 2004, avec Guillaume de Tonquédec et Sara Viot) en présence de Stéfan Le Lay scénariste-réalisateur, réalisateur de télévision ("ça cartoon" pour Canal +, programmes jeunesse pour France 3, clips et spots publicitaires). 

 

"Le baiser" a obtenu un premier prix au festival d'Aix-en-Provence au printemps 2005.

  

   Une rétrospective de ses autres réalisations était projetée : les courts métrages "Mon papa à moi" (23 minutes, fiction de 2003 avec Loïc Fourniaud et Artus de Penguern), "Les lacets" (13 minutes, fiction de 1996 avec Artus de Penguern et Véronique Boulanger, film primé une dizaine de fois et vendu à plusieurs chaînes de télévision en Europe), "La vieille dame et l'Ankou" (28 minutes, fiction de 1998 avec Colette Charbonneau et Guillaume Ledoux), un "Décode pas Bunny en Bretagne" (10 minutes, animation Canal + de 1999) et "Le petit bistrot" (4minutes30, clip du groupe Red Cardell).

   

      

  

            

 

    

Retour vers haut de page

    

   

 

     

  

Court métrage SEJ

  

Service Enfance Jeunesse

  

    

    

   Vendredi 7 Octobre 2005 à 19h00

   

Projection du court-métrage  réalisé par une équipe de jeunes dans le cadre du service de l'Enfance jeunesse.

   

Le film est intitulé : 

"Il n'y a pas d'histoire d'amour sans secret".

                  

Le "pitch" : 

Une bande d'adolescents passe en une douzaine de minutes, selon un scénario que Hitchcock ne renierait pas, du cauchemar à une réalité dramatique bien pire encore.

   

Une centaine d'invités (parents, élus, représentant de l'enfance  jeunesse au Conseil Général...) ont suivi et apprécié ce premier court-métrage. 

    

A la suite de la projection, toute l'équipe : acteurs, scénaristes, techniciens..., sur scène, répondait aux questions.  

Un vrai projet qui a permis aux jeunes impliqués de progresser et qui leur a donné l'envie de faire encore mieux.

   

Pour en savoir plus, voir la page Enfance-jeunesse

    

   

 

    

Retour vers haut de page

   

   

 

     

   

Films chinois contemporains

   

   

    

  Festival du 2 au 6 août 2005

  

  

Les films seront présentés par Luisa Prudentino, sinologue, spécialiste du cinéma chinois contemporain et auteur en 2003 de "Le regard des ombres" (Editions Bleu de Chine).

La programmation a été faite en collaboration avec Bénédicte Delesalle, cinéaste et élève du peintre He YiFu.

 

En chinois, "cinéma" se dit "ombres électriques" (dianying), terme inspiré par les spectacles de marionnettes en ombres dites chinoises.

   

En association avec l'exposition du peintre He YiFu à Plestin-les-Grèves, nous avons choisi des films qui, chacun à leur manière, mettent en avant le charme si particulier de l'esthétique chinois.

De beaux paysages, une harmonie précise des lumières et des ombres, un jeu d'acteur subtil, y compris ches les enfants très présents dans les films.

Mais au delà de cette apparence parfaite, il y a autre chose à découvrir : un monde de symboles et de détails originaux qui rappellent constamment que l'âme chinois est indissolublement liée à ses racines profondes.

   

 

- Août 2005 -   

      

Mardi  2 21h00

- Présentation du festival par Luisa Prudentino. 

- Projection du film "Le roi des masques" de Wu Tianming (1995). 

- Débat

Mercredi  3 17h30 "L'orphelin d'Anyang" de Wang Chao (2001)
Jeudi  4 17h30

Le cinéma d'animation chinois. - "Impressions de montagne et d'eau" (1981-1988) série de films d'animation. 

- Extrait du chef d'oeuvre "Le roi des singes".

Vendredi  5 21h00

- Présentation des tendances actuelles du cinéma chinois par Luisa Prudentino. 

- Projection du film "The world" de Jig Zhangle (2004). 

- Débat

Samedi  6 17h30

- "Eleven" de Zang Lu '2001)

- "Vies nouvelles" de Wen Liping (2004).

 

  Cinq projections, cinq regards chinois

  

- Chômage, prostitution, maffia, la Chine de l'essor économique, la Chine orpheline à la recherche de son avenir (L'orphelin d'Anyang).

- La Chine des contes et légendes, des singes malins et des moines aux pouvoirs magiques, à travers le dessin animé chinois (Impressions de Montagne et d'eau).

- Les arts traditionnels, l'opéra et le théâtre chinois revisités par le cinéma (Le Roi des masques).

- Les grands travaux et l'écologie, la Chine des mutations dans le documentaire chinois (Vies nouvelles).

- Onze minutes pour une partie de foot-ball avec onze enfants de onze ans, un court-métrage chinois (Eleven).

- La Chine et le monde, la vision chinoise de cette ouverture sur l'extérieur à la fois espérée et crainte. Une image en miroir de nos propres inquiétudes (The world).

   

    

  

En dépit d'une médiatisation spectaculaire, la Chine contemporaine nous semble toujours mystérieuse et lointaine. 

  

Au cours de ce festival, nous ferons le voyage  de l'intérieur, dans les courées et les ruelles, les petits métiers des grandes villes, avec les enfants perdus dans la foule, dans les histoires de familles et les histoires d'amour. Un voyage dans les coeurs et dans les esprits (xing).

  

 Par ces films, les réalisateurs chinois racontent au jour le jour les préoccupations des gens de leur pays. La Chine garde de nombreuses traces vivaces d'un passé médiéval. Les guerres et les troubles incessants du XXe siècle ont ravagé les liens familiaux et sociaux, mais ils n'ont pas brisé l'unité du pays et de la langue, les traditions de la culture et des arts.

Là est la grande originalité de la Chine.

Elle doit maintenant affronter, digérer un développement économique tout aussi brutal. 

  

A travers chacun des films se pose cette lancinante question : "Comment nous adapter sans perdre notre identité ? Comment faire revivre nos arts et notre culture millénaires dans le monde actuel ?"

 

Ces films parlent d'une Chine endolorie, possédant aussi de solides réflexes paysans, un humour, une simplicité bien loin du raffinement extrême des cours impériales et des clichés sur la complexité de sa culture.

  

Le cinéma chinois ne connaît pas encore l'essor convenant à un si grand pays, mais il a une histoire. Il possède une solide tradition classique et ne cesse de se renouveler de génération en génération. Il est le meilleur exemple de la modernisation des arts en Chine. Art contemporain et populaire à la fois, il puise ses sources dans les arts traditionnels de la peinture, de la poésie et de l'opéra chinois.

     

 

  

 

    

Retour vers haut de page

     

 

     

   

Cinéma en italien

         

  

    

   Jeudi 17 novembre 2005 à 20h30

   

Le Comité de jumelage Trébeurden-Villanuova Sul Clisi organise une séance de cinéma en italien (sous-titré) au cinéma Le Douron à Plestin-les-Grèves.

  

Le film projeté est "I Cento Passi" de Marco Tulio Giordana. Une enfance en famille sous le soleil sicilien des années 60. Tous les clichés sur la mafia : grandes tablées où trônent les parrains murés dans un silence menaçant, messes basses, femmes en noir et en pleurs... Mais c'est justement contre tout ce décorum sinistre que Peppino Impastalo, le héros des Cent Pas, s'élève depuis qu'il est sorti de l'enfance. En partant en guerre contre son père et l'ordre établi, Peppino ne cesse de se battre contre la Mafia, car elle est partout. Pouvoir obscur et meurtrier, ennemie de la poésie, du cinéma d'auteur, des radios libres, de la liberté des moeurs et de tout ce qui fait la vie de Peppino, galvanisé par le changement des années 70 et abattu le 8 mai 1978 par la Mafia.

  

Marco Tulio Giordana a su transmettre une vraie émotion et échapper au caractère démonstratif des films dossiers inspirés d'histoires vraies.

       

   

 

    

Retour vers haut de page

   

 

    

   

1er Festival du court métrage

   

    

         

           

Le 1er Festival du court-métrage de jeunes de Plestin-les-Grèves aura lieu le 

  

Samedi 28 janvier 2006 

17h00 au Cinéma Le Douron.

  

L'entrée est gratuite.

  

Les films sont réalisés par de jeunes trégorrois : documentaires, voyages, fictions...

  

9 films seront en compétition dont deux films soutenus financièrement par la commune de Plestin :

- "Il n'y a pas d'histoire sans secret" (déjà présenté),

- "Hérésie" de Charlotte et Pierre, un film qui parle du mal-être adolescent et des sujets "difficiles" qui entourent cette tépae de la vie.

     

   

L'objectif est, en valorisant les films des jeunes, de créer une dynamique autour du film court.

  

Un partenariat étroit entre le Cinéma "Le Douron" et le Service Enfance-jeunesse a été mis en place.

         

         

  

Le 1er festival du film court s'est déroulé en présence d'une centaine de spectateurs.

La séance a duré 2 heures, 2 heures pendant lesquelles une grand diversité de films a été présentée : fiction ("Il n'y a pas d'histoire sans secrets", société (méfaits du tabac, OGM, "Transition", "Hérésie", "Sectmania").

Compte tenu du contenu de certains films (pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes), les projections ont été classées en 2 catégories "Moins de 10 ans" et  "Plus de 10 ans".

  

L'expérience devrait être renouvelée.

Un festival plus structuré  (thèmes, sélection, prix...) ?

   

 

      

Retour vers haut de page

   

 

    

   

La Palestine

   

    

         

           

Cinq trégorrois vous invitent au cinéma.

  

Ils ont participé à une mission d'information et de solidarité en Cisjordanie en novembre 2005.

Les rencontres qu'ils ont pu y faire (familles, partis politiques, syndicats, associations) leur ont été facilitées par l'association Compagnie civile pour la protection du peuple palestinien.

L'après-midi est dédié à tous ceux qu'ils ont laissé là-bas.

  

Avec la participation de l'association Al Manar et du Douron.

Al Manar (Lannion) est une association qui existe depuis 1997 et dont le but est de faire connaître la culture arabe en favorisant les échanges de toute nature, en organisant des manifestations diverses et en proposant des activités régulières : cours de dans orientale, cours de langue arabe, stages de calligraphie.

 

Dimanche 29 janvier 2006 à 14h00

   

A 14h15

  

Pour un seul de mes deux yeux

  

Film israélien de Avi Mograbi (1h40mn)

  

Les mythes de Samson et de Massada enseignent aux jeunes générations israéliennes que la mort est préférable à la soumission. Aujourd'hui, alors que la seconde Intifada bat son plein, les palestiniens subissent quotidiennement les humiliations de l'armée israélienne : les paysans ne peuvent librement labourer leur champs, les enfants sont bloqués des heures aux "checkpoints" au retour de l'école... Exténuée, cette population, comme hier les hébreux face aux romains ou Samson face aux philistins, crie sa colère et son désespoir. 

Avi Mograbi, cinéaste israélien, croit dans la force du dialogue entre les palestiniens et une armée israélienne omniprésente.

         

   

A 16h00 : discussion autour d'un thé à la menthe

   

   

A 17h00

  

Paradise Now

  

Film palestinien de Hany Abu-Assad (1h25mn).

  

Apparemment, ce sont deux jeunes gens comme les autres. Saïd travaille dans un garage de Naplouse. Khaled aussi, mais il vient de se faire virer pour glandage répété... Et puis, une convocation. Un rendez-vous secret. Saïd et Khaled ont été choisis pour perpétrer le prochain attentat, programmé le lendemain à Tel-Aviv. Tous deux s'étaient portés candidats au martyre, quelques semaines, quelques mois auparavant. Pour des raisons divergentes, il est vrai : Khaled par conviction idéologique, Saïd pour racheter la mémoire de son père, fusillé pour "collaboration" avec l'ennemi israélien...

            

         

 

      

Retour vers haut de page

   

   

 

     

   

Week-end du film musical

         

   

    

   Samedi 1er et Dimanche 2 Avril 2006

   

Le Week-end du film musical se déroule en ce tout début du mois d'Avril au Cinéma Le Douron. 

  

Une initiative de l'Association culturelle et cinématographique Le Douron et de l'Office de tourisme de la Lieue de Grève qui souhaite créer de l'animation en dehors des périodes estivales.

  

Samedi soir à 20h30 : Amadeus de Milos Forman.

Dimanche à 14h30 "The soul of men" 

Dimanche à 17h00 "Ray" de Taylor Hackford. 

Dimanche, entre les deux représentations, une dégustation de crêpes accompagnée de bolées de jus de pomme bio sont prévues.

    

Les bénéfices seront versés au profit de la lutte contre la mucoviscidose.

  

             

 

    

Retour vers haut de page

   

  

 

     

   

Les blés anciens et leurs enjeux

         

   

    

   Samedi 1er 2006

   

A 14h30 : projection du film "Les blés d'or"

précédé de "Légalité et légitimité des semences paysannes" deux reportages d'Honorine Périno" sur 3 années de rencontres, de travail et d'échanges entre paysans, boulangers, chercheurs, diététiciens.

Tous public à partir de 10 ans.

  

  A 15h30 : Conférence - débat - diaporama commenté

animé par Nicolas Supiot, paysan-boulanger en pays de Vilaine co-fondateur d'Aaspari, co-fondateur de Triptolène, membre du bureau national de Semence Paysanne.

   

 

    

Retour vers haut de page

      

<< Retour vers accueil

>> Cap Armor

Cinéma LeDouron

>> Enfance, jeunesse

   

________________________________

   

* * *