<< Retour vers Accueil

>> Patrimoine, inventaire

Epopée des curraghs

  

      

Sur cette page

Les moines navigateurs

Leurs voyages

Les curraghs  

     

     

     

     

     

   

   

L'épopée 

   

des curraghs

    

       

Références  

Synthèse des informations collectées (sites Intenet).

    
    
    
    
    
    
    

      

 

      

   

Les moines navigateurs 

  

Entre le IVe et le VIIIe siècle, les moines celtes vont accomplir l'une des plus impressionnantes épopées maritimes, ils vont naviguer dans toute l'Europe et jusqu'au large de Terre-Neuve. 

 

Leur foi leur permettait de vaincre les nombreux obstacles rencontrés et leur donnait le courage nécessaire. 

   

Mais il ne faut oublier que, très certainement issus de familles de marins, ils connaissaient bien la mer et qu'ils voyageaient sur les fameux "curraghs".

  

La conquête n'était pas leur objectif, pas plus que toute idée d'expansion territoriale. Avant tout, un esprit de paix les animait, propager la foi chrétienne était leur but ainsi que très certainement l'exploration, la curiosité.

          

 

  

  Retour vers haut de page

  

    

  

 

   

   

 Leurs voyages 

   

Ces moines celtes pouvaient caboter d'île en île, de site en site, de monastère en monastère, ne restant qu'une à trois nuits en mer. Le soir, leur bateau, le curragh, pouvait être facilement tiré à terre.

   

Cependant, à bord d'unités plus lourdes (vingt-cinq pieds), ils se lançaient dans des voyages plus ambitieux, par exemple vers les côtes du Groënland (peut-être même l'Amérique ?), vers le continent européen.

         

Des voyages et des bateaux de légende : 

les grands oubliés de l'Histoire maritime.

   

Fort heureusement, même si toutes leurs aventures maritimes sont aujourd'hui ignorées, leur arrivée en Armorique et leur action de christianisation reste à jamais inscrite dans notre histoire locale. En effet, comment oublier par exemple que Saint Efflam et ses compagnons débarquèrent chez nous, implantèrent un ermitage...

             

 

  

 

   

Un atterrissage à Plestin qui n'est pas dû au hasard

        

La configuration de la baie permet à des bateaux à fond plat de s'échouer sans risque, et facilite le débarquement des personnes. Cela est également vrai pour la baie de Locquirec, d'où la création de liaisons maritimes du temps de l'occupation romaine (des routes maritimes existaient dès cette époque).

   

 

   

  Retour vers haut de page

  

  

  

 

   

   

 Les curraghs 

  

Les curraghs (mot gaëlique devenu "coracle" en français) étaient des bateaux de cuir de neuf à douze mètres. 

  

Ils possédaient deux mâts servant de support à deux voiles rectangulaires, la première voile étant de dimension inférieure à la seconde. Des avirons complétaient les possibilités de propulsion.

   

Le curragh est un bateau de cabotage et d'exploration idéal pour le type de mer sur lequel il est utilisé. Il l'est d'ailleurs toujours actuellement sous une forme réduite (en longueur).

             

 

   

 

  

  

  Reconstitution d'un curragh

           

 
 

  

 Construction d'un curragh  

   

Les peaux de boeuf sont tout d'abord trempées dans du suint de laine de mouton. Elles sont ensuite étendues au soleil puis elles sont cousues avec des lanières de cuir. 

La coque, formée de membrures en bois, est construite à partir d'un gabarit placé à l'envers.   

Les peaux sont ajustées sur la coque, celle-ci étant toujours placée à l'envers.

La coque est enfin retournée et dotée de ses équipements.

Le curragh n'est pas un bateau ponté.

           

 

          

 

  

Le Sant Efflam

  

En 1997, suite à l'intérêt provoqué par une première construction présentée à Brest et Douarnenez 96, trois bretons construisent un curragh de mer qui sera baptisé en novembre de la même année (mise à l'eau). 

  

Pour cela, ils ont effectué des recherches et effectué la construction en s'appuyant sur les techniques de l'époque. 

Ce bateau s'appelle le Sant Efflam.

   

Deux exemplaires de curraghs étaient présents lors de Douarnenez 2000 : le Brioc et le Sant Efflam.

   

L'histoire du Sant Efflam est rapportée sur le site ayant pour adresse (www.)kerys.com/denavigatio/efflam.

           

 
 

  

    

Une belle image 

Le Sant Efflam débarquant des passagers au petit matin d'une journée d'été au pied du Grand Rocher à Plestin-les-Grèves. 

Un rêve qui pourrait devenir un jour une réalité.

   

       

 

Efflam et ses compagnons débarquant près du Grand Rocher

   

  Retour vers haut de page

       

<< Retour vers Accueil

>> Patrimoine, inventaire

Epopée des curraghs

  

  

_______________________________

    

* * *