<< Retour vers accueil

>> Patrimoine, inventaire

>> Architecture Beaumanoir

Fontaines & lavoirs

       

Sur cette page

Contexte

Projet

Inventaire

Interviews

Témoignage d'Y-M.B

Fonctionnement

Collecte d'objets

Visites

Photographies

Arts (écriture, peinture)

Rapport

Exposition

Prolongements

Park an Dour

   

   

Fontaines et lavoirs

   

    

Références  

Etude réalisée par les élèves de CE2 et de CM2 de l'école publique élémentaire de Plestin-les-Grèves. Exposition dans le cadre du Festival de la Dans Treger (Plestin, novembre 2005). Visites sur place. Presse locale.

   

   

   

   

   

   

   

               

 

  

   

Contexte 

   

   

Le 10 novembre 2004, au retour d'une cérémonie officielle, des élèves découvrent le lavoir du Coroner, non loin de Ti an Holl, et observent ses caractéristiques essentielles. Une fois retournés en classe, ils consignent leurs observations et sont invités à effectuer une petite enquête personnelle.

   

La semaine suivante, les informations collectées par les élèves sont rassemblées : photos, documents, articles... Certaines informations concernent des lavoirs existants proches des domiciles, tandis qu'un élève apporte un témoignage écrit d'un octogénaire de Plestin qui a connu l'époque où les lavoirs étaient encore utilisés.

Des recherches complémentaires sont effectuées par des groupes d'élèves  (livres, Internet...) qui permettent d'approfondir le sujet. Le développement d'un projet est décidé.

   

   

 

   

Projet   

   

   

Le cadre offert par le concours relatif au petit patrimoine est présenté aux classes de CE2 (Madame Rolland) et de CM2 (Madame Rioual) de l'école publique. 

Une démarche de même nature que celle utilisée l'année précédente sur le Petit Train (Ligne Lannion-Plestin) est proposée aux élèves.

   

   

Plan d'action adopté

   

Documentation : recherche de documents du cadastre (inventaire des fontaines et lavoirs, carte, fiches signalétiques), établissement d'une 1ère synthèse par les élèves.

Interviews : établissement d'un questionnaire et visite aux pensionnaires du Foyer-Logements.

Etude du fonctionnement du lavoir (croquis, plans, interviews) et des activités autour des lavoirs, vie sociale.

Collecte d'objets (outils, accessoires...).

Visite des lavoirs : définition du circuit, compte-rendu manuscrit, vérifications.

Comparaison avec les photographies anciennes.

Considérations artistiques autour du sujet : littérature, poésie, peinture.

Préparation d'un rapport et d'une exposition.

   

  

Mise en oeuvre

   

- Novembre 2004 : identification du sujet.

- Janvier 2005 : travail sur la documentation (cadastre), première synthèse. Préparation des interviews (questionnaire).

- Février 2005 : Interviews au Foyer-logements. Visite des lavoirs sur place.

- Mars 2005... : Interview de Mr Y-M.B. Traitement des informations. Elaboration du rapport, préparation d'une exposition.

 

     

      

Cette étude a reçu le 1er prix de la catégorie "écoles élémentaires" au concours "Petit patrimoine" organisé par le Conseil Général des Côtes d'Armor en partenariat avec l'Inspection Académique.

      

 

  

Retour vers haut de page

   

   

 

    

 

      

  

Inventaire

   

   

Liste des sources & fontaines

   

 (transmise par le cadastre)

   

Désignation

Cours d'eau

ou bassin

Altitude

(mètres)

Aspect / état

1

Kerguiniou

Pont ar Guen

35

Fontaine / Disparue

2

Poul ar Ran

Douron

33

Vieille fontaine

3

Kernavalen

Douron

35

Fontaine

4

Saint Jagut

Douron

45

Diffuse

5

Saint Jagut

Douron

47

Vieille fontaine / Busée

6

Coat Alléguen

Douron

88

Diffuse

7

Kerligonan

Pont ar Guen

75

Fontaine / Busée

8

Kerligonan

Pont ar Guen

85

Diffuse

9

Convenant Bras

Pont ar Guen

90

Diffuse

10 Kerdavid Pont ar Guen 75

Diffuse

11 Porjou Pont ar Guen 35 Fontaine / Très belle
12 Pen ar Voen Pont ar Guen 72 Fontaine / Busée
13 Le Stalver Pont ar Guen 92 Fontaine et émergence diffuses / Busée
14 Poulanvia      
15 Runanbec Dour Elégo 82

Fontaine / Disparue

16 CastelPic Dour Elégo 92  
17 Kerbourdon Dour Elégo 84 Fontaine et émergence diffuses / Disparue
18 Saint Yves      
19 Kermaria Dour Elégo ICC

Fontaine

20 Kerjézéquel      
21 Poulfanc Dour Elégo  

Fontaine

22 Kerancrech Quinquis 95

Fontaine

23 Penprat Quinquis 85

Fontaine

24 Poul ar Vot Quinquis 95 Fontaine
25 Kercadiou Quinquis   Fontaine / Disparue
26 Traou Huellan Quinquis 66 Fontaine
27 Pen an Voas Quinquis 70 Fontaine / Busée
28 Runcolvez Quinquis 64 Lavoir non aménagé
29 Le Leslach Le Yar 56 Fontaine
30 Kerléan Le Yar 60 Fontaine
31 Le Poulven      
32 Cotier Pont ar Guen 12 Fontaine
33 Pen Bouillon Pont ar Guen 12 Fontaine
34 Pont Blanc Pont ar Guen 10 Fontaine
35 Saint Haran Douron 10 Vieux lavoir
36 Saint Haran Douron 6 Fontaine
37 Goas Ruguen Pont ar Guen 10 Fontaine

        

Au total 37 Sources/fontaines sont identifiées. 

Elles se répartissent sur les bassins versants des rivières traversant (Dourmeur) ou longeant (Douron, Yar) la commune de Plestin.

NOTE : Beaucoup d'entre elles se situent à une altitude supérieure à 50 mètres (le maximum atteint est 95 mètres).

   

     

Carte

 

 (transmise par le cadastre)

     

   

   

Fiches signalétiques

 

 (transmises par le cadastre)

  

  Pour un certain nombre de lavoirs (Coroner, Sainte Barbe, Lan Carré, saint Efflam, Saint Haran...), des fiches descriptives ont été reçues du cadastre, les informations suivantes y figurant :

- Cadastre (répertorié ou non)

- Situation sur la carte

- Existence (oui/non) d'une fiche signalétique en Mairie

- Alimentation (rivière)

- Etat général

- Couverture (oui/non)

- Matériaux utilisés

- Dimensions

- Profondeur

- Proximité d'une fontaine (oui/non)

- Particularités

- Photographies récentes

- Remarques.

      

Exemple de fiche signalétique

  

  

   

Liste des lavoirs

   

(synthèse établie par les élèves)

    

Désignation

Privé

Communal

Cours d'eau

ou bassin

Poulfanc X   Dour Elégo
Saint Haran   X Douron

Kernevez

 

 

Pont ar Guen

Toul Yen

X  

Sainte Barbe

Runcolvez X   Quinquis
Porjou X   Pont ar Guen
Pen ar Voen X   Pont ar Guen

Feunteun ar Gals

X

 

Le Yar

Kergadiou X   Quinquis

Parc an Aotrou

X

 

Dourmeur

Saint Efflam

 

X

Dourmeur

Pen Bouillon     Dourmeur

Peulven

   

Dourmeur

Pen an Voas   X Quinquis
Kermaria X   Dour Elégo

Kerivou

X

 

Dourmeur

Poul ar Ran

X

 

Douron

Kervigné

X

 

Douron

Pont Blanc X   Pont ar Guen

Le Coroner

 

X

Dourmeur

Sainte Barbe 

 

X

Sainte Barbe

        

   Les 21 lavoirs identifiés correspondent assez bien aux sources/fontaines recensées. 

(quelques problèmes de dénomination subsistent cependant pour certains lavoirs et certains cours d'eau).

      

 

  

Retour vers haut de page

   

   

  

 

      

  

Interviews

   

   

 Les questions

   

Elles ont été préparées par les élèves et rassemblées sur un panneau afin de faciliter les échanges avec les personnes âgées du Foyer-logements. 

   

   

Les lieux

   

- Quand alliez-vous au lavoir ? Etait-ce loin de chez vous ?

- Fréquentiez-vous toujours le lavoir ?

- Comment vous y rendiez-vous ?

   

  

   

Les moments

   

- Y avait-il un jour précis pour aller au lavoir ?

- A quel moment de journée y alliez-vous ?

     

  

   

Les descriptions

      

- Les lavoirs étaient-ils tous couverts ?

- Etaient-ils propres ?

- Par qui étaient-ils nettoyés ?

- L'eau était-elle potable ?

   

  

   

Les ustensiles

      

- Quels instruments utilisiez-vous pour laver ? 

- Aviez-vous de la lessive ?

- Etait-ce coûteux ?

   

  

   

Le lavage

   

- Comment transportiez-vous le linge ?

- Comment le laviez-vous ?

- Quelle était votre position ?

- Etait-ce une corvée ?

      

 

   

Le rôle social

      

- Les hommes allaient-ils au lavoir ?

- Sinon, que faisaient-ils pendant que vous y étiez ?

- Les enfants participaient-ils au lavage ?

- Quel était le sujet de conversation au lavoir ?

   

  

   

Les anecdotes

      

- Etes-vous déjà tombées dans le lavoir ?

- Vous est-il arrivé de perdre des vêtements ?

- Avez-vous trouvé des pièces dans le lavoir ?

- Pourriez-vous évoquer un souvenir ?

     

  

   

Les progrès

      

- Lorsque vous avez appris l'invention de la machine à laver, l'avez-vous achetée tout de suite ?

- Avez-vous regretté le temps des lavoirs ?

   

            

 

  

Retour vers haut de page

   

  

 

      

  

Les réponses

      

   

   

Les lieux

   

- J'allais toujours au lavoir de Traon Dour.

- Je fréquentais toujours le même lavoir.

- Je me rendais au lavoir à pied avec une brouette.

   

  

   

Les moments

   

- Je n'avais pas de jour précis pour y aller.

- Il n'y avait pas d'horaire fixe, certaines personnes y restaient toute la journée.

        

  

   

Les descriptions

      

- Tous les lavoirs n'étaient pas couverts.

- Ils étaient tous propres.

- Ils étaient nettoyés par les laveuses ou par un employé communal.

- L'eau y était potable à l'époque.

- Le lavoir se trouvait dans une prairie.

     

  

   

Les ustensiles

      

- On utilisait un battoir, du savon, une caisse à laver, une brosse et des cristaux de soude.

- La lessive de l'époque était la lessive "La Croix".

- Tout ce matériel était coûteux pour les pauvres.

     

  

   

Le lavage

   

- On transportait le linge dans une manne ou dans une brouette.

- On mouillait, on étalait sur une dalle, on savonnait, on rinçait et on essorait.

- Nous étions à genoux dans une caisse en bois garnie de paille.

- La lessive était une corvée.

      

 

   

Le rôle social

      

- Les hommes n'allaient pas au lavoir.

- Pendant ce temps ils travaillaient.

- Les enfants aidaient au transport du linge avec la brouette.

- Certaines femmes étaient seules au lavoir.

- Quand on était plusieurs, on parlait de tout et on s'entraidait.

      

  

   

Les anecdotes

      

- Je suis déjà tombée dans le lavoir.

- Je n'y ai jamais perdu de vêtements.

- Je n'y ai jamais trouvé de pièces.

- Mon souvenir c'est : trier, frotter, rincer et parler car il n'y avait pas la télé pour se distraire.

     

  

   

Les progrès

      

- Je n'ai pas acheté la machine à laver tout de suite car j'étais pauvre et ça coûtait cher.

- Moi, je l'ai acheté tout de suite car j'étais en région parisienne et là-bas, il n'y avait pas de lavoir.

- Nous n'avons pas regretté le temps des lavoirs car c'était très dur.

   

            

   

 

 

  

Retour vers haut de page

   

 

      

  

Le témoignage d'Y-M. B

      

   Mr Y-M.B, octogénaire de Plestin-les-Grèves a fourni un témoignage écrit (texte manuscrit remis à un élève de CM2) et un témoignage oral (déplacement à l'école afin de répondre aux questions des élèves).

Les informations principales sont restituées ci-après.

Elles complètent les informations collectées au Foyer-logements.

   

   

Emplacement des lavoirs

   

Ils étaient très divers. De nombreuses habitations étaient situées dans des coins éloignés, difficiles d'accès. La proximité d'un point d'eau était très importante. Les lavoirs étaient très nombreux. Dans des coins perdus, il se trouvait des départs de sources aménagés avec les moyens du bord, avec "soin et harmonie".

   

  

   

Aménagement et matériaux utilisés

   

Période allant jusqu'en 1935-36 :  c'était les anciens lavoirs qui étaient souvent des fontaines parfois entourées de jolies constructions en pierres de schiste. Un filet s'en écoulait et alimentait un rectangle entouré de dalles bien plates et lisses, légèrement en pente du côté de l'eau. La vidange se faisait par une trappe. Les lavoirs de campagne étaient rarement couverts.

        

  

   

Propreté et entretien

      

Selon leur emplacement, l'eau s'y troublait plus ou moins. Là où la source s'écoulait de façon importante, l'eau s'éclaircissait rapidement après le brassage du linge laissant voir un fond de sable fin et à la sortie une végétation particulière (algues fines, cresson). Il y avait toujours quelqu'un qui s'occupait du nettoyage. Il se faisait parfois en groupe. Ils étaient toujours maintenus propres. L'eau à l'arrivée devait être potable.

       

     

   

Fréquentation

      

En hiver, on recherchait des lavoirs plus abrités alimentés par de l'eau de source plus tiède. 

En été, on tenait compte de la facilité d'accès, là où les abords des ruisseaux étaient aménagés.

     

  

   

Le lavage

   

A- Le transport du linge

Les vêtements étaient mis dans une manne d'osier blanc cylindrique à fond plat haute d'au moins 55 centimètres. Il y avait souvent une bassine en plus. Le tout était amené à la brouette. Lors de la grande lessive, un gars aidait au transport.

Mr Y-M.B se souvient d'une femme coiffée d'un turban et qui portait sur la tête une manne d'osier qu'elle tenait d'une main.

B- Caisse, brosse et battoir

Lors du travail, la personne s'agenouillait dans une caissette conçue de façon à la protéger des éclats d'eau. Le fond était garni d'une légère couche de paille. Aucun lavage ne se faisait sans brosse à crin dur. Le battoir était utilisé pour les pantalons et les veste dures. Etalés sur la pierre, ils étaient bien savonnés au savon de Marseille, un cube de 5 centimètres de côté.

C- La lessiveuse

C'était une sorte de marmite haute de 80-85 centimètres. Au fond, il y avait 2 disques joints sur lesquels étaient emboîtés un tuyau vertical surmonté d'un chapeau. Les alvéoles du chapeau permettaient à l'eau bouillante de retomber sur le linge disposé à l'intérieur. Lorsque le lavoir disposait d'un foyer, on faisait chauffer la lessiveuse sur place. Lorsque le linge bouillait dans la lessiveuse, on ajoutait de la lessive en poudre, parfois un peu de cristaux de soude. Après cette opération, le linge ébouillanté était remis dans la manne et rincé à l'eau claire dans le lavoir. Pour certains tissus, on rajoutait une poudre bleue à la dernière eau. Le linge étendu, les laveuses étaient contentes de voir une bonne pluie tomber dessus. Le rinçage n'en était que mieux.

Pendant l'occupation, certaines matières faisaient défaut. la cendre de bois était utilisée pour bouillir le linge car elle contient de la potasse.

        

     

   

Les lavandières

      

dans les maisonnées importantes, il y avait une journée de grande lessive en général en début de semaine. Cette lessive était souvent effectuée par une personne extérieure "Ar gannerez".

Les lavandières de métier étaient assez nombreuses dans les bourgs. Leur emploi du temps de la semaine était fixé à l'avance.

         

  

 

  

Retour vers haut de page

   

 

 

      

  

Fonctionnement 

   

  

Les croquis établis par les élèves montrent que  le fonctionnement est très simple. 

Une fontaine (située en amont) fourni de l'eau claire (Coroner) qui peut également provenir d'un ruisseau (Sainte Barbe) ou d'une source parfois très proche.

   

Cette eau alimente le lavoir qui est un réservoir artificiel de forme rectangulaire d'environ 50 à 80 centimètres de profondeur, de 4 à 5 mètres de long pour 2,5 mètres de large (en moyenne car il en existe de plus grands et de plus petits (privés).

  

Le fond est parfois constitué de dalles qui assurent une imperméabilité suffisante pour retenir l'eau courante ; il est souvent naturel c'est à dire qu'il s'agit d'une base rocheuse recouverte d'une couche de sable. 

  

Les côtés sont garnis de pierres recouvertes de dalles bien plates et lisses, légèrement en pente du côté de l'eau qui offrent une surface de circulation et de travail suffisamment plane.

  

Une ouverture située du côté aval (en général, le côté opposé à la fontaine) assure l'écoulement de l'eau vers la rivière qui draine toutes les eaux vives du bassin versant (gravitation). La vidange se fait à ce niveau par une trappe qui peut aussi permettre une régulation du débit (renouvellement régulier de l'eau du lavoir).

     

      

 

  

Retour vers haut de page

   

   

 

      

  

Collecte d'objets 

   

Une lessiveuse, 2 caisses à laver (reconstituées par des parents d'élèves), 1 battoir ont été collectés. Le savon de Marseille a été acheté récemment dans le commerce (il n'a pas disparu des rayons).

        

      

 Tout ce matériel, bien que rustique, remplit parfaitement sa fonction.

La lessiveuse pour bouillir le linge, la caisse à laver en bois,  est garnie de paille pour accueillir les genoux (la position "à genoux" étant la plus fréquente au lavoir). La caisse sert à protéger les jambes des projections d'eau (froide, 9°C pour l'eau de source en hiver, température inférieure pour ce qui concerne l'eau du lavoir). 

Le battoir est utilisé pour battre le linge i.e. les tissus mouillés et savonnés grâce au savon de Marseille qui est toujours utilisé de nos jours malgré la concurrence des lessives de toutes sortes (certainement plus polluantes).

     

      

 

  

Retour vers haut de page

   

 

      

  

Les visites 

   

   

Un déplacement en car, selon un circuit préalablement défini, a été organisé. Quatre lavoirs avaient été sélectionnés.

La visite commence par Sainte Barbe, se poursuit à Saint Efflam puis à Lan Carré et enfin à Saint Haran.

    

Une fois sur place, les élèves, carte et questionnaire en main, découvrent puis examinent les lavoirs. Ils constatent la configuration des lieux et l'état des lavoirs. Des photographies anciennes permettent des comparaisons. Travaillant en binôme, ils renseignent un tableau. De plus, ils sont invités à consigner sur le papier un petit rapport manuscrit.

   

L'état de certains lavoirs (ex: Saint Haran) attire l'attention des élèves qui s'inquiètent de l'absence d'entretien voire du délabrement de certains éléments du patrimoine local.

                

 

  

Retour vers haut de page

   

 

      

  

Photographies 

  

    

Photographies anciennes

   

  

Plestin-les-Grèves compte plusieurs collectionneurs de cartes postales  anciennes parmi ses habitants, dont ceux du Centre Culturel. 

Il était naturel d'y avoir recours pour rechercher des photographies anciennes relatives aux lavoirs et fontaines.

   

Effectivement, plusieurs cartes se rapportent aux lavoirs. 

Plus encore, il a été possible de trouver des photographies se rapportant à des lavoirs toujours existants et de comparer la configuration existante avec celle du passé.

Ainsi, il a été noté que le lavoir de Sainte Barbe ne se trouvait plus au même endroit, le lavoir actuel se trouvant à 10 mètres plus en amont, à droite de la maison figurant sur la photographie ci-dessous.  

    

     

 En complément, une série de photographies anciennes d'origines diverses (Lannion, Roscoff..) était jointe. La rusticité de certains lavoirs peut être notée : un petit bassin, une à deux pierres plates, une eau froide et très certainement beaucoup de boue l'hiver (la vie des lavandières n'était pas toujours très rose).

     

      

      

     

      

   

Photographies récentes

   

 Lavoir du Coroner

 

      

      

   

   

 Lavoir de Sainte Barbe

    

   

    

  

  

 Lavoir de Saint Efflam

    

  

  

 

  

Retour vers haut de page

   

 

      

  

"Lavo-Arts"

   

Littérature, poésie, peinture 

   

Une recherche a été entreprise dans le but d'identifier et de produire des extraits d'oeuvres littéraires mentionnant explicitement les lavoirs (littérature et poésie).

    

Un travail de création (poèmes, peintures) a été mené par les élèves.

              

   

Le lavoir

  

Dans un village un peu plus loin, il y avait un lavoir et des lavandières.

Elles lavaient le linge avec un battoir.

"Tu sais Jeanne, ton fils a écrasé mes fleurs ce matin.

- Je sais, je l'ai grondé et il est parti dans la montagne.

- Tu sais ta voisine Georgette!

- Oui!

- Son garçon est tombé dans un lavoir.

- Oh! il a dû avoir froid!

- Oui l'eau était à moins cinq degrés.

- Tu viens, on va boire un café chez Germaine."

    

   Guillaume         

    

      

   

Au lavoir

  

"- Jeanne!

- Oui!

- Est-ce que c'est toi qui a pris mon panier?

- Non, pourquoi?

- Parce que, hier, j'ai oublié un de mes deux paniers au lavoir, j'ai demandé à Germaine, Odette et Jacqueline, elles m'ont dit qu'elles ne l'avaient pas vu.

- Si tu veux, je peux t'aider?

- Oui, merci.

- Je vais demander à la voisine.

- D'accord!

- Elle m'a dit que c'est Françoise qui l'a pris.

- Alors il vaut mieux aller le chercher.

- Ding dong.

- Oui! J'arrive! Bonjour!

- Je sais pourquoi, le panier!

- Oui, merci. Au revoir!"

   

Delphine               

 

      

        

 

  

Retour vers haut de page

   

 

      

  

Rapport

   

   

   Le rapport se présente sous la forme de deux livrets.

   

Livret 1 : Enquête sur les lavoirs de la commune.

(voir la page de garde ci-dessous)

     

Livret 2 : Activités autour des lavoirs.

 

       

 

  

Retour vers haut de page

   

 

      

  

Exposition

   

      

  

  Dañs Treger 

   

Du 6 au 13 Novembre 2005

Eus ar Sul 6 d’ar Sul 13 a viz Du

  

Ti an Holl, de 13 h 30 à 17 h 30

 

Exposition

" Les lavoirs de Plestin "

par les élèves des CE2, CM2 de l’Ecole Primaire

   

(Exposition primée par l’Inspection Académique)  

   

Entrée libre

  

  

L'exposition comprend plusieurs panneaux illustrant les actions menées et les résultats obtenus. 

   

Le rapport est disposé sur un présentoir.

Il est par conséquent directement accessible au public. 

Les visiteurs peuvent en prendre connaissance et visualiser au coup par coup les actions présentées sur les panneaux.

        

      

      

      

      

      

 

    

Retour vers haut de page

   

   

 

      

  

Prolongements souhaitables

     

  

   A- Mise à jour et compléments sur l'étude réalisée (histoire, hydrologie...). 

Visite de lavoirs privés. 

Découverte des lavoirs de Pontrieux.

   

B- Valorisation du petit patrimoine local. 

Etude papier sur la mise en valeur de certains lavoirs (ex : Saint Haran).

   

C- Extension de l'étude à d'autres petits patrimoines locaux (ex : moulins)

Voir par exemple la page Moulins, Milin Haouël).

  

D- Pérennisation des études, mise à disposition, utilisation d'un site Internet.

          

  

 

  

Retour vers haut de page

   

    

 

 

        

   

Park an Dour 

   

  

La zone de Park an Dour se situe sur le bassin versant descendant des hauteurs de Lestrézec et de Kermenguy.

Comme l'indique son nom (Dour), l'eau y a toujours été présente.

  Les champs situés entre le presbytère et la Maison Notre-Dame étaient autrefois labourés. L'eau longeait les talus avant de réapparaître à la fontaine et pour s'écouler ensuite vers le verger du presbytère. Elle disparaissait alors, absorbée par les terrains perméables (schiste). Avant la dernière guerre, un chemin régulièrement, emprunté par les écoliers, menait de l'Hospice (plus récemment l'Institut Pascal) vers la Maison Notre-Dame. Des petites fermes bordaient la zone, modestes, moins de 10 hectares et possédant classiquement 2 chevaux.

  

A la fin du XXe siècle, un lotissement a vu le jour entre le presbytère et la Maison Notre-Dame. Un petit immeuble a été construit près du presbytère. 

Le quartier, s'il est flambant neuf et coquet, devait garder des traces du passé (4000 m2 réservés à l'aménagement paysager).

C'est dans ce contexte que la fontaine a été aménagée. Quelques arbres (chêne, châtaignier) et un espace gazonné l'entourent. Des arbres fruitiers et quelques allées sablées complèteront la réalisation (coin "senteur", coin "goût").

  

Quelques marches conduisent à la fontaine qui alimente un petit lavoir. Le mode de restauration a permis de préserver un caractère authentique.

      

      

 

  

Retour vers haut de page

      

<< Retour vers accueil

>> Patrimoine, inventaire

>> Architecture Beaumanoir

Fontaines & lavoirs

  

________________________________

  

* * *