<< Retour vers Accueil

>> Pays, géologie

Rivières, Le Douron

>> Faune et flore

        

Sur cette page

Les rivières

Rivières de Plestin

Le Douron

Parcours

Des paysages variés

Milieu fertile et protégé

Un riche patrimoine

   

  

Rivières, Le Douron

  

     

Références  

Le Douron : contrasté, riche et protégé - Le Trégor hors série "Découvertes en Trégor". Informations Base du Douron.

   

   

   

      

 

    

  

Rivières de Plestin

  

  

La commune de Plestin-les-Grèves est encadrée par deux rivières : 

- le Douron à l'Ouest se déversant dans la baie de Locquirec, 

- le Yar à l'Est se déversant dans la baie de Saint-Efflam. 

Deux cours d'eau intermédiaires de moindre importance complètent le bilan hydrographique. 

  

      A compléter.

      

 

   

Retour vers haut de page

   

  

   

 

   

  

Le Douron

  

 Parcours 

  

Sa source est localisée à Coat-ar-Herno. 

   

Long de 38 kilomètres, il offre une grande diversité tout au long de son parcours.  

Son cours est vif mais docile.

Il marque la frontière entre les deux départements des Côtes d'Armor et du Finistère.

      

Le Douron fait en moyenne 6 mètres de large.  Parmi ses 60 kilomètres d'affluents, le Squiriou (10 km), le Dour Meur et le Dour Uzel (5 km chacun).

   

Les communes traversées ou bordées sont  : Scrignac, Lannéanou, Botsorhel, Le Ponthou, Plouégat - Moysan, Trémel, Plouigneau, Plouégat-Guérand, Guimaëc, Locquirec, Plestin-les-Grèves.

    

 

    

Retour vers haut de page

      

   

  

   

 

   

  

 Des paysages variés 

  

   

La source du Douron est située dans un creux sur les flancs duquel on distingue le gris des tourbières. 

On y trouve les carex ou laîches, plantes à feuilles coupantes qui donnent fleurs et fruits. La lande, avec ses bruyères, ajoncs et genêts est entourée d'un paysage ondulé de bois et de champs. La vallée s'élargit en prairies humides. 

La pente est suffisamment importante pour créer des petits rapides à certains endroits.  

   

Au Ponthou, la vallée se resserre, s'encaisse. Des pentes abruptes et boisées forment "Le maquis de Saint Laurent". 

    

Puis les prairies resurgissent, la vallée s'épanouit sur un paysage de bocage.

     

 

   

Cours (branche non dérivée) à Milin Haouël     

                  Prairie (Milin Haouël)

        

 

 

Le Douron poursuit son parcours jusqu'à la mer où il se jette, à Toul an Hery entre Plestin-les-Grèves et Locquirec, dans une grande baie, après avoir formé une vaste embouchure.

  

(voir les pages "Plestin vue du ciel" et "bord de mer")

       

 

    

Embouchure du Douron (en aval du pont)      

                     Toul an Hery : le pont

    

Retour vers haut de page

 

     

   

  

 

   

  

 Un milieu fertile et protégé 

  

Rivière de catégorie 1, i.e.  de salmonidés dominants, la vallée du Douron a un bon état de conservation de la source dans les landes de Botsorhel-Lannéannou à l'estuaire de Toul an Héry. 

Son bocage est de bonne qualité, il dispose d'une chênaie-hêtraie et de landes.

     

Plusieurs espèces animales singulières sont présentes sur la zone : la loutre, 4 espèces de chauve-souris dont le grand rinolophe, le saumon atlantique, plusieurs espèces de lamproies.

    

L'estuaire du Douron, Toul an Héry, constitue un refuge pour les  oiseaux hivernants. Héron cendré, chevalier gambette,  tadornes, courlis... Beaucoup d'oiseaux passent l'hiver dans ce milieu préservé. 

              

(voir aussi la page "Balades nature")

   

 

   

Retour vers haut de page

  

    

  

 

  

   

 Un riche patrimoine 

  

  

Dans la vallée et ses alentours, les traces de civilisation, dès le néolithique, sont nombreuses.              

 

      A compléter.

  

 

   

Retour vers haut de page

        

<< Retour vers Accueil

>> Pays, géologie

Rivières, Le Douron

>> Faune et flore

 

_________________________________

         

* * *