<< Retour vers accueil >> Patrimoine, inventaire >> Paysans du Xe au XVe Plestin au XXe siècle

         

Sur cette page

Tableau de synthèse

Fin du XIXe

Début XXe

1ère guerre mondiale

Entre 2 guerres

2ème guerre mondiale

Années 50

Années 60 et 70

Années 80 et 90

     

   

Plestin-les-Grèves

     

     

au XXe siècle

   

   

Références  

La Bretagne au XXème siècle SKOL VREIZH Morlaix 1983. 

Archives municipales de Plestin-les-Grèves. 

Presse locale.

   
   
   
   

        

 

   

 

   

    

    

Synthèse des évènements et des évolutions

      

   

(1900 - 1980)

 

   

 

 Evènements

Vie quotidienne

Agriculture

Vie sociale

   

 

 

 

 

     

1905

- IIIe république (depuis 1875)

   

- Loi de séparation de des Eglises et de l'Etat (1905) mettant fin au concordant napoléonien de 1801

 

- Conditions de vie précaires à la campagne

- Habitat : pièce unique, sol en terre battue, cheminée

- Alimentation : soupe, lard, galettes de sarrasin, pommes de terre, petit lait, eau, cidre...

- Chemins de terre 

- 1ères bicyclettes, 1ers camions (1906)

- Diminution des jachères

- Mise en place d'un système polyculture-élevage

- 1ères batteuses à vapeur

- 1ers moteurs à essence

- Noces de 2 voire 3 jours, 200 à 300 personnes, repas en plein air (rarement au restaurant)

- Plus de 90% de pratique religieuse dominicale, processions

   

 

 

 

 

 

   

1910

 

- 1ère automobile en 1913

- 1ers appareils photo

- 1ères faucheuses et charrues-brabant

- 1ères écrémeuses

- 3799 habitants en 1911.

   

 

 

 

 

 

   

1915

- 1ère guerre mondiale (1914)

 

- Monde rural désorganisé

- Hommes à la guerre

- Restrictions, information limitée

- Fin des manèges pour le battage

- Production agricole en retrait (manque de main-d'oeuvre et de chevaux)

- Chemin de fer :  Morlaix-Plestin (1913)

- Chemin de fer Lannion-Plestin  (1916)

- L'Institution et l'hospice  du Prat-Lédan deviennent   formation militaire

 - Soldats en convalescence  à  Plestin.

   

 

 

 

 

 

   

1920

- Armistice (1918)

- 230 tués

- 1ères cuisinières à bois

- 1ères motocyclettes

- Extension lente du pain blanc, recul des fours de campagne

- 1ers engrais phosphatés

- Diffusion des faucheuses, charrues-brabant, râteaux-faneurs...

- Exode rural important de 1911 à 1921 (17 000 départs par an)

- Edification du monument  aux morts de la guerre 14-18 (1923)

- Ecole publique assez 

peu  fréquentée.

- Les bals sont rares (voire interdits)

- Interruption des courses hippiques de 1916 à 1920

   

 

 

 

 

 

   

1925

 

 

- 1ers empierrement de chemins ruraux

- Poursuite des achats de matériel : semoirs, herses,  pressoirs, broyeurs de pommes, écrémeuses... 

- Apogée du cheval breton (1929)

- L'exode rural (jeune y/c féminin) se poursuit de façon importante jusqu'en 1930

- Electrification :  syndicat  des communes (1924), cahier des charges (1925), devis des 1ers branchements (1926), particuliers (1927) 

- Plestin classée station de  tourisme (1928),

- Construction d'un dispensaire (1929)

   

 

 

 

 

 

   

1930

- Crise de 1929

- 1ers bénéfices de l'électrification du bourg

- Projet de route en corniche à la pointe de l'Armorique (1929)

- 1er poste TSF (1928)

- 1ers réchauds à gaz

 

- Consolidation du système de polyculture-élevage (autonome)

- 1ers tracteurs (roues métalliques)

- 1ères moissonneuses-lieuses

- Echanges croissants avec l'extérieur (achats des matériels, achats d'engrais chimiques : 48 000 tonnes en 1929), accroissement des ventes externes (surplus).

- Echec des laiteries industrielles

- Début de crise en 1930 (baisse du prix des céréales,  augmentation des charges)

- Extension de l'électrification (projet de ligne pour l'Armorique)

- Projet de concession de l'eau courante (1932)

- 65% d'actifs agricoles, 15% d'ouvriers

- 1ers films (Charlot) dans les granges

- Arrêt progressif des activités du port de Toul an Héry

- Le jour de marché est  le mercredi (arrêté de 1931)

   

 

 

 

 

 

   

1935

- Congés payés (1936)

- Quelques automobiles (une trentaine à Plestin ?)

- 1 bicyclette par famille en moyenne

- Enlèvement des ordures publiques.

- Extension de l'électrification, de l'éclairage public.

- Accroissement de la sensibilité aux mouvements économiques

- Evolution vers le corporatisme

- Désaffectation masculine aux vêpres

- Construction du  pont sur le Douron (1934)

- Arrêt du Chemin de fer Morlaix-Plestin (1934)  Lannion-Plestin (1937)

- Classement de la chapelle  Saint Barbe.

- Nouvelle mairie (Hôtel de  la Grand Maison), inauguration en septembre  1937.

- Vote de l'électrification de Ste Anne et de l'Armorique (1937). Vote de nouvelles extension en  1939.

   

 

 

 

 

 

   

1940

 

- 2ème guerre mondiale

(1939)

 

 

- Réquisitions, déplacements contrôlés, rationnement

- Hommes à la guerre, prisonniers

- Mise en place d'un système corporatiste (régime de Pétain)

- Interruption des courses hippiques de 1938 à 1946

- Occupation allemande, zone interdite

- Réseau de St Efflam (41-42)

- Manifestation du 9 mars 1943 

   

 

 

 

 

 

   

1945

 

- Fin de la 2ème guerre mondiale (1944)

- 50 soldats tués (monument aux morts)

- 36 résistants tués (stèle)

- Ramassage du beurre, des oeufs et volailles à la ferme

- Tournées d'épicerie

- Dissolution du corporatisme (1946)

- Incendie de l'église paroissiale (1er mai 1944)

- Débarquement américain à St Efflam (1944)

- Résistance, maquis, libération (1944)

- 3221 habitants en 1946

   

 

 

 

 

 

   

1950

- IVe République

(depuis 1946)

- Diffusion progressive de l'épicerie (pâtes, riz...), des fruits, de la viande rouge

- Démarrage du tourisme d'été (St Efflam)

 

- Déclin de l'artisanat rural (charrons, meuniers...)

- Diffusion des engrais (75 000tonnes)

- Développement de la JAC en Bretagne

- Exode rural (15 500 départs par an entre 1946 et 1954)

- Noces au restaurant

  - Electrification de la campagne (1950-1960)

- Développement des bals publics

- Cinéma "Le Foyer" à Plestin (1950)

 

 

   

 

 

 

 

 

   

1955

- Création de 21 régions

- En 1952, 40% des ménages ruraux n'ont pas l'électricité

- 1ères gazinières et réfrigérateurs

- Diffusion des cyclomoteurs

- Chemins goudronnés

- Eau courante (bourg), 1ères machines à laver

- Apparition du formica

- 1ères vaches frisonnes

- 1ers tracteurs modernes

- 1ères moissonneuses - batteuses

- 1ers équipements électroménager

- Eau sous pression (pompes électrique) 

- Développement d'un système amélioré de polyculture-élevage

- Début du remembrement

- 1ers accouchements en maternité

- Mutation de l'artisanat et du petit commerce (automobile, électricité, machines agricoles...)

   

 

 

 

 

 

   

1960

- Vème République (1958)

- Grandes manifestations paysannes de 1957 à 1962 (Bretagne puis toute la France)

- Mise en place de la CEE (Europe) et de la PAC (1962)

- Fin de la guerre d'Algérie (cessez-le-feu le 19 mars 1962)

 

- Electricité généralisée, électro-ménager 

- Appelés en Algérie avant 1962

- Développement de la circulation automobile

- Développement de la construction (néo-breton)

- Déclin de la production de beurre à la ferme

- Généralisation de la collecte du lait

- Insémination artificielle

- Rénovation des bâtiments (hangar, fosses)

- Diminution du nombre d'actifs (le tiers environ par rapport 1930)

- 1ères trayeuses

- Structure des exploitations sauvegardée, approche économique dans leur gestion 

- Remembrement significatif (100 000 hectares pour les 5 départements bretons)

 - Dévalorisation culturelle de la société paysanne (costumes et coiffes, meubles en formica, langue bretonne...)

- Déclin sensible de la pratique religieuse dominicale

 

   

 

 

 

 

 

   

1965

- Lois agricoles de 1960 (Debré) et 1962 (Pisani)

- Postes à transistor, époque yéyé

- Diffusion de la télévision N&B

- Création du CNJA

- Mise en place de l'IVD, la SMI, la SBAFER

- Marché au cadran à St-Pol-de-Léon

- Poursuite du remembrement 

- Développement de l'élevage "Hors-sol"

- Généralisation de l'entrée en 6ème (1962)

 (moins de 70%)

- Développement du tourisme

- Développement sensible de l'artisanat

   

 

 

 

 

 

   

1970

- Mai 68, départ de De Gaulle en 1969

- Grandes industries de pointe (Airbus, Ariane...)

- Elargissement de l'Europe

- Installation du CNET à Lannion (1967)

- Implantation d'industries des télécommunications

à Lannion

- Diffusion du téléphone vers la campagne

- Nouvelles constructions (néo-breton)

- Nombre de tracteurs en forte croissance

- Nouveaux équipements : ensileuses, épandeurs de fumier

- La surface remembrée est multipliée par 3 

- Société rurale  transformée, économie paysanne (polyculture-élevage)

remplacée par un système industriel fondé sur la croissance intégrant des pôles extérieurs et des réseaux de dépendance.

- Achèvement du réseau d'adduction d'eau (campagne)

- L'encadrement social se laïcise

- Diminution de la présence de l'Eglise (cérémonies religieuses, écoles, patronages...) 

- Nouvelle élite agricole (partenaire du pouvoir politique) 

   

 

 

 

 

 

   

1975

- 1ère crise pétrolière (1974)

 

- Près de 50% des logements ont une baignoire ou une douche.

- Amélioration des axes routiers, intensification de la circulation automobile.

- Développement des moyennes et grandes surfaces (fin des années 70)

- Usage intensif des engrais chimiques (300 000 tonnes)

- Diminution du nombre d'actifs (2/3 par rapport à 1930)

- Fin de l'exode rural 

- 40% d'actifs agricoles, 47% d'ouvriers

- Pratique dominicale en net déclin (moins de 50%)

- Augmentation sensible des élèves à l'école publique

- Confirmation de la vocation touristique de Plestin (mer, campagne, rivières)

     

 

 

 

 

 

   

1980

- Apogée de l'Europe agricole

- 1ères alertes écologiques (marées vertes, nitrates)

- 1ères inquiétudes sur les excès de la société de  consommation

- Prémices de la société numérique 

 

- Diffusion de la télévision couleur

- Développement de l'usage de l'automobile (énergie bon marché, routes)

- Société de consommation (alimentation, produits d'entretien, vêtements...)

- Bretagne : 1ère région agricole française

- L'agriculture et l'élevage intensifs commencent à être questionnés. 

 

 

- Petit commerce en difficulté (moyenne surface à Plestin, grandes surfaces à Morlaix et Lannion)

- Poursuite du développement touristique

- 3222 habitants en 1982

   
 

 

 

 

 

   

   

  

    

  

Retour haut de page

 

   

   

       

 

   

        

Situation à la fin du XIXe

    

   

D'une façon générale, au XIXe siècle, la commune connaît un calme qui facilite le développement économique de Plestin : les terres sont travaillées avec soin, les vingt-sept moulins, dont deux à vent, tournent à plein temps, le port de Toul an Héry expédie des produits du canton à Lannion, Tréguier, Morlaix et Bordeaux (deux brigades de douaniers y sont implantées : une brigade volante au bourg et une brigade sédentaire à Toul an Héry (14 personnes).  

 

Le nom de Plestin est changé en celui de Plestin-les-Grèves par le décret du 7 juillet 1884.

       

 

    

     

   

Retour haut de page

     

     

    

    

Début du XXe siècle

         

   

La loi du 1er juillet 1901 anéantit la congrégation existant à Plestin-les-Grèves et les religieuses sont alors soumises à un régime d'autorisation pour enseigner. En 1905, les immeubles de la Maison Notre-Dame sont mis en vente pour éviter une liquidation par l'Etat qui fait voter en décembre la loi de séparation des Eglises et de l'Etat (proposée par le Député Aristide Briand) mettant fin au concordant napoléonien de 1801.

Le 13 juin 1906, les immeubles sont adjugés à la Marquise de Bizien. Quelques soeurs acceptent de se séculariser pour continuer l'enseignement. Les responsables des Filles de la Croix demandent l'autorisation d'exercer des fonctions hospitalières.  L'Hospice Saint Henri du Prat-Lédan voit le jour. Les religieuses y seront présentes jusqu'à leur départ de Plestin-les-Grèves en 1962.

   

Les routes sont principalement constituées de chemins de terre. Personne n'imagine encore l'arrivée et le développement de l'automobile.

En 1894, le département des Côtes du Nord décide de se doter d'un réseau ferré d'intérêt local, à voies métriques (écartement des rails de 1 mètre). Le chemin de fer apporte des facilités de déplacement des personnes et des biens. Les lignes côtières offraient en effet un grand intérêt car elles traversaient des zones peuplées où l'activité économique était dynamique. La 1ère ligne entre Plouëc et Tréguier est mise en service le 9 Mars 1905, la dernière ligne : Le Guildo - Lancieux le 14 Juillet 1926. Un premier ensemble de 10 lignes est construit de 1905 à 1907, suivi par un second de 9 lignes, ouvertes de 1916 à 1926.

Parallèlement, côté Ouest, des initiatives similaires conduisent à la construction de la ligne Morlaix-Primel (1912), puis Morlaix-Pont-Menou (1913). 

Le 23 Juillet 1913 voit l'ouverture de la section Pont-Menou - Plestin-les-Grèves..

        

 

      

  

   

Retour haut de page

    

    

  

    

1ère guerre mondiale

      

    

   

Durant la guerre 1914-1918, l'Institution et l'hospice du Prat-Lédan deviennent formation militaire. Des soldats en convalescence sont dirigés vers Plestin où ils sont soignés.

 

La 1ère guerre mondiale s'achève, Plestin-les-Grèves compte de nombreuses victimes parmi les soldats engagés dans les combats. Un hommage doit leur être rendu. En 1923, un monument est érigé non loin de la Mairie : près de 230 noms y sont inscrits...

 

La ligne de chemin de fer Lannion-Plestin est ouverte le 1er Juillet 1916 (concession accordée elle aussi à la Compagnie des chemins de fer armoricains). Dès le 15 Juillet, les marchandises circulent entre Lannion et Plestin-les-Grèves. Malgré l'atout constitué par le caractère inter-départemental de la liaison, la 1ère guerre mondiale place l'exploitation dans des conditions défavorables : pénurie de main-d'oeuvre, réquisition des matériaux, restriction de combustibles. De simples cabanes de bois font office de gares.

A partir de Mars 1917, un horaire inter-départemental est créé. Un seul train fait l'aller-retour entre Morlaix et Lannion : départ à 9h40 de Morlaix, arrivée à 12h30 à Lannion puis retour de Lannion à 15h00 pour une entrée en gare de Morlaix à 17h50 (2 trains à partir de 1919, un 3ème les dimanches et fêtes).   

     

 

    

   

   

Retour haut de page

    

    

  

    

Entre les deux guerres

    

   

Le département reprend le contrôle du Chemin de fer le 1er janvier 1922. Au fil des années, le déficit reste chronique malgré le développement du tourisme sur le littoral. Les déplacements se font de plus en plus en automobile et en autocar, les infrastructures s'améliorent enfin. Les trains à vapeur laissent la place aux autocars de la Régie départementale à partir de 1934. La ligne Ouest (Morlaix) s'arrête le 4 Octobre 1934.

Dans les Côtes du Nord, la fermeture des lignes s'échelonne de 1936 au 1er décembre 1956, date de suppression du petit train entre Saint Brieuc et Paimpol.   La ligne entre Pont-Menou et Plestin-les-Grèves est démontée en 1935-1936. L'exploitation de la ligne Lannion-Plestin est arrêtée le 1er Janvier 1937 ; la ligne n'aura duré que 21 ans.

 

Le port de Toul an Héry cesse toute activité et prend vite l'aspect qu'il a aujourd'hui : un port envasé, un quai abandonné.

 

Le pont chevauchant Le Douron est construit en 1934 après de multiples requêtes des habitants. Auparavant, chaque année, des milliers de personnes traversaient le gué à pied ou en charrette à marée basse ou dans la barque du passeur quand la marée est haute.

 

Le développement de séjours touristiques populaires démarre à partir de 1936 avec l'introduction des congés payés.

         

        

   

    

   

Retour haut de page

     

     

  

   

2ème guerre mondiale

   

  

    

Plestin-les-Grèves subit l'occupation : réquisitions, rationnement, couvre-feu… Quelques fortifications en béton sont construites le long de la côte. Des volontaires participent aux actions de résistance.

 

A la fin de la guerre, l'église minée par l'occupant est incendiée dans la nuit du 30 avril 1944. Elle est en partie détruite. Sa restauration durera ensuite vingt ans.

 

La croix de mi lieue de grève est détruite lors du débarquement anglo-américain de la même année. Une nouvelle croix sera implantée en 1993 par les soins du Centre Culturel de Plestin. 

 

A nouveau, Plestin-les-Grèves doit compter ses victimes et leur rend hommage. Deux plaques sont ajoutées au monument aux morts : la nouvelle liste comprend 50 noms de soldats tués.

Une stèle rendant hommage à la résistance est dressée à l'entrée du bourg sur la route de Trémel. Une liste de 36 noms de résistants du canton y figure, celle des jeunes (le plus jeune avait 19 ans) et moins jeunes ayant fait le sacrifice de leur vie.  

        

 

   

   

    

Retour haut de page

       

     

  

    

 

Années 50

   

   

L'électrification des campagnes intervient dans le milieu des années 50. Elle apporte un progrès essentiel (lumière, moteurs électriques, froid artificiel…) au confort et au développement des activités commerciales, artisanales et agricoles.

 

Le développement de la mécanisation concerne non seulement les tracteurs mais aussi les outils qui deviennent de plus en plus sophistiqués. Cette évolution contribue à l'accroissement rapide de la production agricole qui verra la France passer en quelques décennies de l'auto suffisance alimentaire au statut de puissance exportatrice dans le domaine agro-alimentaire (années 80).

   

Les années 50 voient la disparition progressive  l'usage du costume breton. Le port de la coiffe par les femmes se raréfie.

   

 

   

   

   

Retour haut de page

      

   

  

    

Années 60 et 70

   

      

L'industrie des télécommunications s'implante durablement dans le Trégor. Le radôme installé à Pleumeur-Bodou permet les premières communications transatlantiques via satellite. Le Centre National d'Etudes des Télécommunications de Lannion voit le jour et, par effet d'entraînement, plusieurs industriels y créent leurs centres de recherche et de production. La technologie numérique fait sa première apparition dans le domaine téléphonique. Toute la région profite des retombées économiques, notamment les communes limitrophes.

 

Les infrastructures : routes, installations sportives, équipements collectifs… s'améliorent sensiblement. Les ménages s'équipent (automobile, télévision, électro-ménager...), le commerce et l'artisanat vont bien.

 

Au fil des ans, avec le développement progressif de la navigation de plaisance, les plaisanciers utilisent Toul an Héry comme une zone d'abri. Les mouillages se multiplient. Un port est créé à Beg Douar.

   

       

    

   

   Retour haut de page

      

     

 

  

Années 80 et 90

    

   

La production agricole atteint des sommets dans les années 80 après une véritable révolution qui a entraîné, comme partout en Bretagne, un profond changement des méthodes de travail et le départ d'un grand nombre d'agriculteurs (changement de métier, retraite...).

En parallèle, les premières préoccupations écologiques apparaissent. L'agriculture intensive inquiète de plus en plus les écologistes sans qu'il y ait pour autant de véritable prise de conscience collective. 

   

Les années 80 voient également une profonde mutation du commerce. L'arrivée des grandes surfaces (Morlaix, Lannion) et des moyennes surfaces (Plestin-les-Grèves, Lanmeur) entraîne le départ d'une partie des petits commerces.  Cependant, Plestin-les-Grèves ayant une zone d'influence élargie au canton, la commune bénéficie d'une activité commerciale locale suffisamment variée et attractive qui permet de ménager assez bien le petit commerce spécialisé.

 

Le centre du bourg fait l'objet d'un rajeunissement au début des années 90. Des trottoirs et des zones de parking sont créés, le parvis de l'église est pavé. Des équipements urbains sont installés et des parterres sont introduits. Les piétons retrouvent des facilités de déplacement qui avaient disparu au fil des ans.

  

La vocation touristique ne se dément pas, au contraire. Plestin-les-grèves dispose en effet d'atouts : un patrimoine historique important, un patrimoine naturel s'appuyant sur plusieurs sites remarquables, un dynamisme culturel, associatif et sportif. 

   

Dans les années 90, une prise de conscience des conséquences négatives de l'agriculture intensive émerge : pollution des eaux vives (nitrates, pesticides), marée verte… Cette dernière, compte tenu de la taille de la façade maritime et des enjeux touristiques, focalise l'attention.

L'intensification de certaines cultures et l'apparition de machines de plus en plus puissantes conduisent à l'affaiblissement du précieux bocage breton. Fort heureusement, cette évolution a été relativement maîtrisée à Plestin-les-Grèves, contrairement à d'autres zones légumières où les talus ont quasiment disparu. L'agriculture biologique commence timidement à se développer.

 

L'énergie est bon marché, l'automobile connaît un essor sans précédent.

Plestin-les-Grèves reste plus que jamais un lieu de transit entre Lannion et Morlaix, une place de commerce et d'artisanat. Le succès du marché dominical (arrêté de Juin 1978 décidant de la tenue du marché le dimanche et non plus le mercredi) ne se dément pas.

 

La micro-informatique, après des débuts timides dans les années 80, commence une ascension spectaculaire début 90. La fin du XXe siècle voit la consécration puis l'explosion des nouvelles technologies de l'information (NTIC) : micro-informatique, Internet, téléphone portable… et enfin la transmission à haut-débit (ADSL) au début des années 2000.

Une zone du type "Hôtel d'entreprises"  est créée sur l'axe Plestin-les-Grèves - Trémel (vers la RN 12) sous l'égide de la Communauté d'agglomérations Lannion-Trégor.

  

Commune rurale dans un canton rural, commodités et services disponibles, facilités de communication, commerces variés sur place, faible industrialisation, tourisme d'été maîtrisé, bord de mer et campagne agréables, climat très tempéré : le contexte s'est révélé favorable au développement d'un mode de vie résidentiel et à l'installation de nombreux retraités (près d'un tiers de la population).  

       

    

 

  

       

Retour haut de page

       

          

<< Retour vers accueil >> Patrimoine, inventaire >> Paysans du Xe au XVe Plestin au XXe siècle

   

________________________________

    

* * *