Retour vers Accueil

Pays, géologie

Rivières, Le Douron

Faune et flore

    

Sur cette page

Bref rappel sur Plestin

Situation géographique

Géologie, terre de granits

     

Pays, géologie

    

Références  

Informations générales. 

Conférence "Le Granit" de Ti an Holl Plestin.

                

 

     

   

   

 Bref rappel sur Plestin 

     

Plestin-les-Grèves est une commune de 3500 habitants située à mi-chemin entre Morlaix et Lannion.

  

La commune, très boisée, est traversée par quatre cours d'eau. 

Elle  possède une belle façade maritime comprenant de nombreuses plages dont la célèbre Lieue de Grève flanquée de son légendaire Grand Rocher.  

La surface totale des sites littoraux remarquables sur la commune est de 859 ha 33 soit le quart de la superficie de la commune.

  

Le patrimoine historique couvre près de 300 000 ans d'histoire.   

Ses activités principales sont l'agriculture, le commerce et le tourisme (mer). Plestin-les-Grèves est une commune dortoir pour les personnes travaillant à Lannion, Morlaix, Guerlesquin... ; la commune accueille également un nombre important de retraités (par exemple, les personnes qui se sont expatriées à Rennes, Paris... durant la vie active).  

   

La vie associative est développée, près de soixante-dix associations existent dans différents domaines (sport, culture, troisième âge...). 

    

La commune de Plestin-les-Grèves est chef-lieu de canton et dépend de l'arrondissement de Lannion et du département des Côtes d'Armor (Trégor - Bretagne). Elle fait partie de Communauté d'Agglomération Lannion-Trégor.

            

 

   

 Retour vers haut de page

    

   

     

     

 

  

   

Situation géographique

   

   

La commune se situe : 

- à mi-chemin sur l'axe routier Morlaix-Lannion (D 786) qui joue un rôle structurant pour les déplacements et échanges (trafic routier important mais ne traversant pas le centre ville),

- à une distance moyenne (10 kms) de la RN 12, le grand de circulation automobile du Nord de la Bretagne. L'accès se fait au Sud  via Trémel 

- à la limite du Trégor Ouest des Côtes d'Armor et du Trégor finistérien.

   

Elle est encadrée par deux rivières : le Douron à l'Ouest se déversant dans la baie de Locquirec, le Yar à l'Est se déversant dans la baie de Saint-Efflam. 

Au total, on dénombre quatre cours d'eau. 

   

Pour simplifier, on peut considérer que la topographie de Plestin est principalement constituée de six versants, ce qui nécessite une grande vigilance (maîtrise de l'utilisation des engrais, des herbicides etc...) compte tenu des problèmes que connaît la Bretagne en matière de pollution de l'eau vive (nitrates, pesticides...) et d'impact sur l'homme et le milieu maritime (marée verte).  

                 

 
 

Le bord de mer est constitué par les plages bordant les deux baies de Saint Efflam et de Locquirec, baies séparées par un promontoire rocheux (falaises) constituant la "Corniche".

  

La côte se situe en entier dans la baie de Lannion ce qui assure une protection assez efficace vis à vis des vents  d'Ouest dominants.

Les deux baies ont la propriété de se découvrir pratiquement entièrement à marée basse (même à faible coefficient) au grand plaisir des pêcheurs, des amateurs de char à voile... 

A marée haute, les deux plans d'eau offrent des surfaces de glisse appréciées par les amateurs de voile, de surf... 

           

La campagne est un mélange harmonieux de cultures et de bois. Les champs restent très souvent entourés de talus boisés (noisetier, châtaignier...) entretenus régulièrement. 

Le remembrement n'a pas eu en général d'effets trop dévastateurs comme cela est le cas dans d'autres régions de Bretagne comme le Léon, les plus grandes parcelles de terre restant de taille raisonnable.

    

La transition entre le bord de mer et l'arrière pays s'effectue de façon très progressive. Près de la côte, quelques centaines de mètres séparent assez souvent les premiers champs de la mer. 

   

 

   

 Retour vers haut de page

    

 

     

 

   

   

Géologie

  

 

  

La Bretagne "Terre de Granits"

   

d'après un texte de Michel Minor (Conférence à Ti an Holl, le 2 juin 2006)

Voir aussi "Trégor terre de granits" aux Editions d'Art Jack (Louannec, 22).

     

  

Michel Minor    

Juriste de formation initiale, puis gestionnaire d'entreprises, Michel Minor occupe à partir de 1968 des postes à responsabilité en France puis au Transvaal en Afrique du Sud. 

Il revient en France en 1983, à Antibes, où il exerce des missions d'expertise et de conseil dans des carrières de granit, de marbre et de schiste. 

Il retrouve la Bretagne en 1993 (postes à Erquy, Morlaix, Saint-Carreuc. Son travail l'amène à beaucoup voyager : Norvège, Thaïlande, Portugal, Kenya.... 

Ses connaissances en matière d'exploitation et de commercialisation sont encyclopédiques; un véritable expert du domaine, un passionné qui a toujours cherché à communiquer aussi bien son savoir que son savoir-faire.

   

  

  La beauté des côtes granitiques aux énormes rochers dégagés par la mer et le patrimoine construit en granit ont contribué à cette image d'une Bretagne , et ceci bien que le granit ne représente qu'une faible partie de son territoire. De nombreuses roches ont été utilisées dans les constructions, ce sont les schistes, les grès et quartzites, les gneiss et micaschistes, et même dans certains lieux les calcaires.

   

   

Le Granit  

  

Les granits sont des roches magmatiques formées dans la croûte terrestre à quelques kilomètres de profondeur, que l'érosion a dégagé. Entre la formation en profondeur et l'apparition à la surface du sol, le temps est calculé en millions d'années. 

    

En fait, les massifs granitiques armoricains datent des grands plissements :

- fin de l'Ere primaire, le plissement cadomien : - 650 à - 540 millions d'années

- Début de l'Ere secondaire, le plissement hercynien : - 350 à - 290 millions d'années

    

Ce sont des roches relativement jeunes quand on sait que la Terre à 4,6 milliards d'années et que les plus vieilles roches de France, des gneiss qui se trouvent dans le Nord de la Bretagne on 2 milliards d'années. On en trouve de petits massifs sur la Côte Nord comme à Poul Rodou, près de Locquirec (non loin de Plestin-les-Grèves).

  

    

La première chaîne de montagnes identifiée est la chaîne icartienne (- 2 milliards d'années) du nom d'un site de l'île de Guernesey. Les granites étaient là mais ils ont été transformés (Gneiss). Ils sont visibles pas loin de Plestin-les-Grèves, à Poul Rodou en Locquirec (rochers sur la plage près du Café-librairie Caplan and Co). Un stèle taillée dans un bloc de Gneiss rappelle cette particularité géologique aux visiteurs (parking du centre de Locquirec, voir ci-dessous).

  

   

Vers - 600 millions d'années, une nouvelle chaîne surgit, la chaîne cadomienne (du nom latin de la ville de Caen). De nouveaux granites se mettent en place, comme celui situé entre Perros-Guirec et Bréhat. C'est également le cas pour les granites de Louvigné-du-Désert et de Lanhélin.

   

Vers -350 millions d'années, la chaîne hercynienne apparaît. Enfin ! car elle va donner sa structure et sa forme à la péninsule bretonne. 

   

Au final, 3 alignements de granite sont identifiables en Bretagne

  

- un axe Sud de granites de couleur blanc-gris, devenant jaune par altération;

- un alignement central de massifs de granites gris : Saint-Renan (29), Commana (29), Huelgoat (29), Plouaret (22), Quintin (22)... 

- un alignement Nord, succession de massifs discontinus de granites rouges à roses : Aber-Ildut (29), Carantec et Primel-Trégastel (29), Ploumanac'h (Côte de granit rose) et en prolongement, Flamanville et Barfleur dans la Manche.

   

    

   

Dans le Trégor

   

Trois massifs de granite :

- Le massif qui s'étend du Ranolien (Perros-Guirec) à l'île de Bréhat, le plus ancien. Le granite a été exploité pour les constructions locales.

- Le massif de Plouaret, situé plus au Sud. C'est le massif le plus vaste. Les carrières en activité se situent près de Guerlesquin (29).

- Le massif de Ploumanac'h est le plus connu. La qualité des pierres et leur beauté sont remarquables. Depuis près de 2 siècles, leur réputation s'est étendue en France et même dans le monde. L'extraction a commencé dès le XIXe siècle dans la zone littorale puis elle s'est développée au XXe à l'intérieur des terres.

  

     

Le complexe granitique de la zone qui va de Trébeurden à Perros-Guirec est composé comme suit :

- Granite de l'Ile Grande (-290 millions d'années),

- Granite de Saint Samson (-295 millions d'années),

- Granite de la Clarté-Ploumanac'h, Granite de Traouiéro, Gabbros de Trégastel  (-300 millions d'années),

- Granite de Perros-Guirec (-600 millions d'années),

- Gneiss de Pors Mabo (-2 milliards d'années).

La couleur de la pierre varie selon le lieu : Rose Clarté, Rose-gris de Saint-Samson, Ocre-rosé d'Agathon, Bleu de l'Ile Grande, Blanc de l'Ile Grande...

   

   

        

Selon la définition géologique, le "granite" est composé essentiellement de 3 minéraux : quartz, feldspath et micas. 

D'autres roches magmatiques sont exploitées par les granitiers : diorite, granodiorite, syénite, kersantite, gabbro. Ayant des origines et qualités similaires, ces roches sont extraites, transformées et utilisées par les mêmes professionnels, les granitiers, qui leur ont donné le nom général de "granit".

Dans les métiers de la pierre, les pierreux et les marbriers sont les professionnels travaillant les pierres calcaires et marbres. Ces matériaux sont plus tendres et ne se travaillent pas avec les mêmes outils.

  

  

Les principales utilisations des granits

  

La construction

- pierres clivées : moëllons de construction,

- pierres taillées : encadrements d'ouvertures, cheminées...

- pierres sciées ou polies pour dallages et revêtements de façades

  

La décoration intérieure (souvent en granit poli)

- plans de travail de cuisine, tables de salon, cheminées, dallages...

  

La voirie

- pavés clivés, pavés et dalles à surface sciée, bouchardée, flammée, grenaillée.

- mobilier urbain : bornes, fontaines, bancs, jardinières...

  

Le funéraire

- monuments et urnes le plus souvent en granit poli.

  

L'industrie

- marbres de précision, caniveaux pour l'industrie chimique,

- rouleaux pour l'industrie de la pâte à papier.

   

 

Dans tous les cas, les granitiers recherchent des gisements homogènes pour fournir les dimensions demandées par les clients et une gamme de couleurs attractive. 

   

    

La gamme de couleurs

  

On exploite en Bretagne une gamme de 4 couleurs

  

==>  du gris clair au gris bleuté , le Gris perle de Languédias, le Bleu Breton de Louvigné;

  

==> du gris-bleu foncé, le Gris-bleu de Plaintel, le Bleu de Lanhélin;

  

==> du rose avec le granit de la Clarté en Perros-Guirec;

  

==> du beige clair au jaune, dont les gisements sont nombreux, Languédias près de Dinan, Bignan-Guéhenno et Guern dans le Morbihan, Logonna-Daoulas dans le Finistère...

   

     

  

L'activité granitière

  

L'activité granitière est répartie sur tout le territoire avec 2 types d'exploitation :

  - un grand nombre de carrières de taille moyenne où l'exploitant transforme son matériau sur place pour fournir la construction locale ou régionale,

- quelques "bassins granitiers" sont une concentration d'usines de transformation ou de carrières. Les plus importants sont :

le bassin de Louvigné et du Coglès, le bassin de Lanhélin, le bassin de la Clarté-Perros-Guirec.

Dans ces bassins on peut parler d'industrie avec des carrières et ateliers de transformation utilisant des matériels lourds pour travailler les blocs de granit allant jusqu'à 25 tonnes.

  

    

Un marché où la concurrence devient difficile

   

Pour la pierre de construction traditionnelle, les ventes se font principalement au niveau local ou régional. Pour la voirie, les revêtements de façades et le monument funéraire, le marché est national et même international.

La concurrence est difficile avec les pays européens aux gisements granitiques énormes et faciles à exploiter et l'Inde ainsi que les pays asiatiques, dont la Chine, qui bénéficient de gisements importants et d'une main d'oeuvre bon marché (par exemple, il peut arriver que le granit soit extrait en Europe, travaillé en Chine puis commercialisé à nouveau en Europe).

La compétition devient très difficile en raison des prix qui sont tirés vers le  bas. Pour conserver leur activité, les granitiers bretons sont dans l'obligation d'améliorer leurs techniques d'extraction et de transformation et de répondre aux demandes des clients avec des délais les plus courts.

        

   

 

   

Retour vers haut de page

        

Retour vers Accueil

Pays, géologie

Rivières, Le Douron

Faune et flore

     

____________________________

  

* * *